AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



Au milieu des roses - ft. Jacob ♥



    Partagez
    avatar
    Au milieu des roses - ft. Jacob ♥ > le Jeu 12 Avr 2018, 19:21
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 20
    Particules : 23

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Satsuki Shishio ▬ Hirunaka no Ryuusei
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Fleuriste



    La boutique de Cóemgen était bien calme en ce début de soirée, alors que les derniers rayons du soleil s'allongeaient à l'horizon. Il n'espérait déjà plus voir arriver un client. Il était entrain de nettoyer le rayon des plantes en pot d'où tombaient toujours quelques mottes de terres sur le carrelage blanc, lorsqu'il s'en occupait trop vite. Étrangement, il avait le sourire, bien que cela fut une journée tout à fait normale. Peut-être grâce au soleil, c'est vrai que cela ne faisait que quelques jours qu'il était de sortie.

    Au moment où il remettait en place un pot sur une étagère toute verte, il entendit la cloche annonçant l'arrivée d'un client sonner. Il en fut tout surpris, il était déjà plus de 19 heures après tout ! Peu de gens venaient aussi tard. Peut-être un curieux qui se demandait que faisait un fleuriste encore ouvert à cette heure-là, ou bien un jeune homme ayant rendez-vous et venant acheter quelque chose en dernière minute.

    Après avoir posé son balai derrière la caisse, il se mit à chercher le fameux client dans les rayons, qui mine de rien étaient assez haut. Il se trouva alors nez à nez avec un grand mec, tout au milieu des roses multicolores - le rayon préféré de Cóemgen.

    - Bonjour monsieur ! Puis-je vous aider ? L'accosta-t-il en essuyant ses mains sur son tablier. Il n'aimait pas trop interroger les clients de cette manière, de peur de les brusquer, alors il le faisait toujours avec un grand sourire, qui, il l'espérait, effaçait un peu la noirceur de ses cernes.
    avatar
    Re: Au milieu des roses - ft. Jacob ♥ > le Sam 14 Avr 2018, 16:05
    Elemental Sin ▬ Air
    Elemental Sin ▬ Air
    Messages : 22
    Particules : 70

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Ai Mikaze ▬ Uta No Prince Sama
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Infirmier de nuit
    Au milieu des rosesft. Cóemgen


    Quelle putain de journée. Heureusement, elle touche à sa fin – si on peut seulement appeler ça une fin. En fait, pour moi, tout commence à peine. A vivre la nuit, on confond vite les heures et les rayons du soleil sont parfois trop violents pour des yeux comme les miens, bien plus habitués aux lumières tamisées d’un petit bureau que celles d’un astre naturel.

    Alors, là, je me sens complètement déphasé, peut-être à cause des heures de sommeil approximatives que j’ai réussi à récupérer çà et là depuis ce matin, jusqu’à ce que la bougeotte me prenne et pousse mes grandes jambes à sortir de mon appartement.
    Ce qui est marrant, c’est que j’ai jamais aimé être dehors. Le monde, le bruit, la pollution, ça me donne vite le tournis. Mais ici tout a une couleur et un goût différent, comme si mon corps était  parfois plus léger et que je pouvais me permettre de m’aventurer en terre inconnue. Sûrement parce qu’il y a plus de verdure qu’à Denver - ça, on ne peut en douter-  et beaucoup moins de cons dans les rues aussi. Résultat, il m’arrive de me surprendre à flâner dans les parcs avant d’aller au boulot, comme n’importe quel badaud débile. Le pire là-dedans est que j’apprécie vraiment ça.
    Généralement, le soir est le meilleur moment: c'est celui où les commerces se vident, où les passants sont trop pressés pour relever la tête vers moi et préfèrent la laisser enfoncée dans leurs pensées. Je peux enfin respirer.

    J’ai jamais connu les petites villes, et la proximité des habitants ici me fascine. Leur vie a l’air tellement simple et leurs conversations si fluides que j’envie leur capacité à tisser des liens avec tant de spontanéité. J’aimerais me dire que je pourrais finir comme eux un jour mais une petite voix dans ma tête ricane. Cours toujours, mon vieux.
    Je suis bien trop flippé du contact humain pour être aussi sincère.


    Quand je reviens à moi, l’esprit encore embrumé de pensées brouillonnes, c’est une explosion de couleurs qui s’offre à moi. Je ne peux m’empêcher de retenir mon souffle une seconde.
    La vache, c’est vraiment beau.

    Derrière une vitrine rutilante de propreté se dévoile gracieusement une multitude de plantes aux noms divers et variés –dont je n’ai d’ailleurs pas la moindre idée. Des couleurs chatoyantes à d’autres, plus sobres, toutes semblent miroiter devant moi et, littéralement, j'en prends plein les yeux.
    On a souvent entendu que les fleurs, c’était une histoire de nana ou de grand-mère un peu esseulée, et je me suis toujours lâchement rangé derrière l’avis des bruits de couloir. Alors pourquoi ai-je tellement envie de pousser la porte de cette petite boutique, soigneusement arrangée pour plaire aux promeneurs ?

    Le truc, c’est que j’ai toujours été un mec curieux. Un peu trop, si vous voulez mon avis.

    Enfin, le fait est que, maintenant, je suis là, planté (notons le jeu de mot) comme un demeuré au milieu des roses et les yeux brillants devant trois pauvres fleurs, comme si j’avais jamais mis le nez hors de ma tanière. Bon, c’est un peu vrai, d’accord. J’ai jamais eu l’occasion de voir beaucoup de fleurs dans ma vie, hormis celles que les gens apportaient à l’hôpital ou ces autres qui traînaient, à moitié dépéris, sur des tombes. Et puis chez nous, on n’était pas très bouquet décoratif non plus.

    — Bonjour monsieur ! Puis-je vous aider ?

    Une voix masculine raisonne à mes côtés, et malgré le ton particulièrement cordial qui est employé, je ne peux m'empêcher de sursauter. Je me retourne plus vivement que ce que j'aurais voulu vers mon interlocuteur, l'air probablement un peu trop surpris de le voir là. Je me maudis intérieurement. Sérieusement, Jac, y'a quoi d'étonnant à voir un fleuriste dans une telle boutique ?

    Le magasin a d'ailleurs l'air désert, ce qui explique son intérêt pour moi. J'dois être le dernier des pommés à me pointer ici à une heure pareille, même si le sourire poli qu'il affiche veut me faire croire le contraire.
    Bon, ok. Il m'a posé une question. Maintenant, sourire, pondre une excuse potable pour demander à en savoir plus sur son magasin, sur ses fleurs, et partir. C'est simple.

    — Non ça va. je grommelle d'une voix dure, que je regrette déjà.

    Raté.

    Je détourne le regard de ses yeux verts, déjà trop embarrassé par ma rudesse, et les pose sur un immense vase dans lequel semblent se plaire de belles roses charnues. Elles m'ont presque l'air plus grosses que les autres, et leurs feuilles semblent plus sombres. Elles ont aussi l'air d'avantage abîmées, comme si elles étaient les rebuts des autres bouquets, parfaits et uniformes. Pourtant, je les trouve d'autant plus belles.
    Avant de laisser un silence embarrassant s'installer, je reprends maladroitement la parole, désignant du menton le vrac de roses sur lequel je venais de lorgner.

    — Je, mh, j'voudrais bien voir ça là. 'Fin, les fleurs. J'aimerais bien en savoir plus... Je laisse traîner une voix pâteuse dans les airs une seconde, fuyant le regard du fleuriste alors que ma grande main vient se ficher dans les mèches colorées qui tombent mollement sur ma nuque, comme chaque fois que la gêne me prend. Je reprends en un murmure. S'il vous plait.

    Ok, super. Maintenant, j'ai l'air du roi des cons et le pauvre va sûrement regretter de ne pas être resté assis à son comptoir, en attendant que je reprenne gentiment ma route.




       
    Take a deep breath
    après tout, la solitude me va si bien au teint
    ♦ écrit en Slateblue