AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



La souplesse des roseaux que la main du vent froisse - Bane



    Partagez
    avatar
    La souplesse des roseaux que la main du vent froisse - Bane > le Lun 16 Avr 2018, 00:14
    Nil 
    Elemental Skin ▬ Eau
    Elemental Skin ▬ Eau
    Messages : 26
    Particules : 15

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Eafrns
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Danseuse






    Donner à notre vie la patience d'une oeuvre d'art, la souplesse des roseaux que la main du vent froisse - @Bane


    Sous les lumières diurnes traversant les pétales végétales, il n’y avait aucun bruit. Seul le chant du vent sifflant dans la végétation semblait bercer les lieux d’une douce mélodie. La forêt était un lieu idéal pour se retrouver seul en pleine nature, elle était une essence pure loin de la civilisation et abritée parfois mêmes des créatures renfermées, égoïstes, et solitaire. Des sin de la terre, golem dur comme le fer. Cependant, aujourd’hui, il n’y avait rien pour perturber cette réunion, rien d’autre que le vent, et cette douce chanson.

    Dans une petite clairière exilée, Nil se retrouvait seule. Habitée par l’envie grandissante de danser. Son regard noir et profond était animal, et ne se laisserait guider que par le son. La jeune femme portait une brassière noire qui entourait son buste et sa poitrine, tandis que le bas de son corps était recouvert d’un legging noir dans le but de ne pas entraver la moindre de ses postures et contorsions. Vêtue d’une brassière et d’un legging pour pouvoir faire ce qu’elle voulait de son corps, elle prit une grande respiration et commença ce rituel qu’elle considérait comme sacré, c’était sa démonstration. Sur une musique qu’elle activa sur son téléphone sur une sonorités moyenne, elle commença, les yeux remplis d’animosités. Elle en oubliait le cadre environnant, et débutait sa ronde et l’a mit à l’oeuvre, se laissant dévorer.

    Son corps commença par de doux pas dans l’herbe sur la pointe des pieds. Son buste et ses bras se laissaient aller, au rythme des accords et de la musique qui semblait de plus en plus dure et vivace. Ses jambes et ses cuisses maintenaient son bassins et ses rotations de hanches dans une danse contemporaine qui finissait par être presque brutale et bestiale. Avec le vent qui se heurtait à sa peau froide et humide, elle jouait ce jeu de corps contre corps, rivalisant avec l’air. Celui-ci n’était pas un grand danseur. Il était capricieux, un poil lunatique, et divaguait machinalement ce qui pouvait simplifier ou complexifier les mouvements. C’était un vrai enfant joueur, un petit farceur. Il ne prévenait pas de l’heure à laquelle il se pointait. C’était un opportuniste qui finissait par la dompter malgré ses tentatives désespérées. Nil se laissait aller au grès de son chant, ruisselant vers celui-ci sans jamais quitter sa trajectoire.  

    Jusqu’à ce qu’un bruit étrange la fit sortir de ses pensées. La jeune femme jeta ses yeux noirs, profonds et grossiers vers le froissement de la végétation. Quel était l’animal assez curieux pour ne pas avoir fuit dans les profondeurs du taillis ? La femme aux cheveux roses défis l’attache de son chignon, fixant la source de ces répercussions.

    ♥️


    avatar
    Imprégné
    Imprégné
    Messages : 31
    Particules : 59

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Orignal Character ▬ Sas Milledge
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiant

    La Souplesse Des Roseaux Que La Main Du Vent Froisse

    La Curiosité l’a Emporté

    Il est là, seul dans la nature. Aucun autre bruit que celui des oiseaux ne vient le déranger. Il écoute. Il inspire. Il écoute. Il expire. Il est prêt à commencer. Pour Bane plus rien ne compte à part l’instant présent. Ce qu’il est entrain de faire. C’est pourquoi il s’est choisi cet endroit. Il est dans la forêt, en plein milieu des arbres. Il a trouvé une grande pierre pratiquement circulaire et plate. C’est parfait. Il peut commencer. Il s’assied, croise les jambes, ferme les yeux. Il inspire. Il sent la pierre froide sous ses cuisses. Il expire. Il sent la caresse du vent dans ses cheveux. Son esprit divague, il s’en va. Il quitte son corps. Il communie avec la nature.

    Ce n’est pas la première fois qu’il vient ici. On pourrait même dire qu’il a arrêté de compter le nombre de fois qu’il y est venu. Il aime venir dans la forêt pour se relaxer. Bien sûr il fait régulièrement des séances de yoga chez lui, dans sa chambre. Mais c’est ici qu’il est le mieux. Ici, il est vraiment seul avec lui-même. Seul avec la nature. Il a l’impression de ressentir chaque être vivant aux alentours. Comme s’il pouvait sentir chaque fourmi transportant leur provision pour l’hiver en file indienne. Chaque oisillon piaillant dans son nid pour avoir de la nourriture. C’est apaisant.

    Malheureusement quelque chose vient gâcher cette harmonie quasiment parfaite. C’est de la musique. Bane sait bien que ce n’est pas naturel. Quelqu’un est donc là tout près. Étrangement, c’est la première fois. Il n’a jamais croisé personne pendant ses séances. Ni randonneur, ni enfant jouant dans la forêt, ni personne d’autre, d’ailleurs. Il est intrigué. Il se lève et s’étire avant de regarde sa montre. Près d’une heure s’est écoulée. Il n’a pas vu le temps passer. C’est à chaque fois comme ça.

    Bane se dirige maintenant vers la source du son. Ça n’est pas compliqué, la musique couvre tous les autres bruits de la nature. Puis au bout de quelques minutes de marche, il y arrive. Il se glisse dans un taillis et observe la présence humaine. C’est une jeune femme aux cheveux roses. Elle danse. Seule. Bane a l’impression de se voir en elle. Tout comme lui, elle communie avec la nature. Enfin, c’est son impression. Puis il fait le pas de trop. En voulant s’approcher, il marche sur quelque chose et fait plus de bruit que prévu. Elle l’a repéré et le fixe maintenant sans le voir. Il décide de sortir de sa cachette.

    Je suis vraiment désolé, je ne voulais pas vous embêter. J’ai entendu de la musique et la curiosité l’a emporté.

    Il ne sait pas trop quoi dire. Il est gêné d’avoir été surpris en train de l’espionner. Il espère juste qu’elle ne va pas s’énerver.
    @feat Nil
    Awful
    avatar
    Nil 
    Elemental Skin ▬ Eau
    Elemental Skin ▬ Eau
    Messages : 26
    Particules : 15

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Eafrns
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Danseuse






    Donner à notre vie la patience d'une oeuvre d'art, la souplesse des roseaux que la main du vent froisse - @Bane



    La jeune femme ne s’était jamais faite importuner ici… Etait-ce un animal ? Un sanglier ? Un chevreuil ? ou un bête affamée ? Tant que Nil ne se ferait pas dévorer, peu lui importait. La créature sortit alors de sa cachette, penaude et démasquée. Lorsqu’elle regarda de plus près, elle ne vit pas une bête, mais un humanoïde. Il avait la peau bronzée. Une chevelure mignonne bouclée et dorée. Celui-ci, n’avait au premier abord par l’air d’un prédateur, mais plus d’un animal curieux qui s’était fait absorber par la musique ou par la danse. Nil ne pouvait pas lui en vouloir de regarder. Après tout, si elle avait été à sa place, elle aurait sûrement fait de même, discrètement, sans un bruit.

    Son visage s'apaisa. Elle ne pouvait pas en vouloir à quelqu’un pour cela… La jeune femme prit un air plus décontracté. Le noir de ses yeux semblaient avoir prit un air dilué. La noirceur s’était apaisée, puisqu’il n’y avait pas de quoi s'inquiéter. Il ne fallait pas effrayer cet invité mystère qui ne voulait que rassasier sa curiosité.

    - Ce n’est pas grave ! Vous ne m’embêtez pas, je vous assure. J’aurai certainement fait la même chose à votre place…

    Bien qu’elle était là pour se retrouver. La présence de ce garçon n’était pas un poids. Nil passa éteindre la musique sur son téléphone ne souhaitant pas gêner la conversation par ses musiques. Puis elle s’adressa de nouveau à cet invité surprise. Elle ne savait pas quel âge elle aurait pu lui donner, elle se contenta de se dire qu’il avait dans le début de la vingtaine certainement, malgré son petit côté innocent. Elle s'interrogeait sur son hôte secret.

    - Cela vous a plu ?
    Demanda t-elle, jouant les curieuses à son tour.

    Un sourire se dessina sur les coins de ses lèvres. Après tout, elle voulait savoir si cela plaisait. Qu’il s’y connaisse ou non, son avis serait toujours bon à prendre. Elle aimait savoir Nil, si cela ne plaisait pas, pourquoi ? Si cela plaisait, pourquoi ? Selon elle, on avait toujours à apprendre des autres, alors pourquoi ne pas demander ?

    ♥️