AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



La nuit tout les chats sont gris - Jacob



    Partagez
    avatar
    La nuit tout les chats sont gris - Jacob > le Lun 16 Avr 2018, 23:53
    Nil 
    Elemental Skin ▬ Eau
    Elemental Skin ▬ Eau
    Messages : 26
    Particules : 15

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Eafrns
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Danseuse






    La nuit, tout les chats sont gris - @Jacob


    Une fois rentrée après cette dure soirée, il était l’heure pour Thon de manger. Nil avait préparé un petit bout de poisson fraîchement découpé. Etrangement, il n’y avait pas de mouvements, ni aucun son, quand il fut l’heure de sortir un bout de thon. Il n’y avait aucune présence, comme si cet appartement était vide. C’était étrange, car elle savait que pourtant, elle n’avait même pas besoin de l’appeler. Alors, elle haussa la voix, histoire d’appeler ce chat. Mais rien, pas un seul bruit, pas un seul mouvement… C’était inquiétant. Il est était donc temps de fouiller cette appartement, de chercher de fond en comble la présence de la bête vorace. Elle chercha dans les moindres recoins, sous les draps, dans les placards, sur les chaises, dans la salle de bain, sous les tiroirs, dans la cage d’escalier,  sur le bon coin, sur le palier, et mêmes derrière les escaliers. Sa voix appelait, appelait, mais elle n’avait comme seule réponse que le silence, et cette sensation de manque. La perte d’un compagnon était toujours dure, mais la jeune fille n’allait pas perdre pied. Il n’était pas question de se perdre dans la peur et la terreur. Cet animal, amusant, joueur et potelé devait bien se balader dans le port.

    Le port. C’était un des espaces qu’elle préférait, peut-être parce qu’elle se sentait chez elle. L’ambiance de lieu, elle y était habituée. Depuis des années, elle s’y était installée. Le port, c’était sa piste de danse, sa maison, une des raisons pour lesquelles elle était restée. Cependant, il était devenu un espace de tension. Après tout, quelqu’un aurait pu lui voler son chat, ou il aurait pu monter sur un bateau de pêcheur, ce petit chasseur. La rose s’empressa et couru pensant qu’il était à l’extérieur de son appartement. Habillée d’une veste en jean, d’un tee-shirt blanc et d’un jean noir, elle se pressa dans l’obscurité, sa peau mouillée se heurtant à l’air doux de la marée. Elle avait l’impression d’être seule et criait le nom de Thon (se prononce Tonne).

    Courant, cherchant son chat dans les rues abordant la mer, il n’y avait personne d’autre jusqu’à ce que dans un virage, son épaule s’accrocha à un homme qui passait. La jeune fille, le regard apeuré observa le bleu, essoufflée.

    - Excusez-moi…

    Dit-elle, la voix coupée par son souffle haletant.

    - Vous n’auriez pas vu un chat gris au poil mi-long ?

    Était la seule phrase venue éclairer ses lèvres. Elle avait un peu peur de déranger ce garçon qui d’après le premier regard ne semblait pas très ouvert au dialogue. Nil pensait que celui-ci ne la prendrait certainement pas au sérieux, ou qu’il partirait d’un pied ferme.

    PS : Ce chat avait obtenu ce nom car il lui avait été confié par une personne d’origine française qui lui a dit que dans sa langue, ce mot avait une jolie signification. Nil l’a toujours cru depuis cet incident et continue de le nommer ainsi.


    ♥️
    avatar
    Re: La nuit tout les chats sont gris - Jacob > le Mer 18 Avr 2018, 14:24
    Elemental Sin ▬ Air
    Elemental Sin ▬ Air
    Messages : 22
    Particules : 70

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Ai Mikaze ▬ Uta No Prince Sama
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Infirmier de nuit
    La nuit tous les chats sont grisft. Nil


    « veuillez laisser un message.. » Bordel. C'est la cinquième fois que j'essaie de l’appeler aujourd'hui, et c'est aussi la cinquième fois que la voix insupportable de sa messagerie me rappelle que ma sœur ne veut clairement pas me parler. Je ne suis pas un mec nerveux, ni une personne violente, alors je me contente de jurer sans grande discrétion. Je sens quelques regards converger vers moi, ce grand mec crispé qui en voulait tellement à son téléphone, alors je relève la tête avec une grimace agacée. Le port est pourtant un endroit que je trouve particulièrement apaisant, surtout en fin de journée, lorsque les marins rentrent leurs dernières cargaisons. J'avais voulu profiter du calme pour avoir quelques nouvelles d'Abi, elle qui ne m'avait pas adressé la parole de la semaine, mais c'était sans compter sa tête de mule. Elle sait que je m'inquiète facilement, alors je suppose que c'est sa manière de me prouver qu'elle n'est plus une enfant.
    Le fait est que je suis là, les sourcils froncés à m'en rider le front, faisant les cent pas devant les derniers promeneurs qui foulent les rues pavées, à me maudire encore une fois de l'avoir laissée à Denver.

    Brusquement, je percute une épaule qui m'arrache à la contemplation nerveuse de mon écran, dans l'attente d'une quelconque réponse de ma chère sœur. Le choc n'est pas violent, mais assez pour m'irriter un peu plus. Pour toute réaction, c'est un regard assassin que je lance à la petite tête rose qui m'a cogné, celle-là même qui me présente pourtant immédiatement ses excuses. Agacé, je sers entre mes doigts mon appareil trop silencieux à mon goût. Putain mais qu'est-ce qu'elle a, à courir comme ça ?
    Peut-être que je ne lui en veux pas directement, à cette nana : moi-même, je regarde jamais où je fous les pieds. C'est sûrement l'ignorance d'Abi qui me fous en rogne, ou alors l'intime conviction que tout ça est de ma faute. Probablement un mélange des deux.

    La jeune fille qui me fait face doit avoir à peine mon âge, avec sa peau laiteuse et ses grands yeux expressifs. Elle affiche l'air paniqué de quelqu'un dans le besoin, et ça me fait presque regretter mon irritation du moment. Presque.

    Je m'apprête à reprendre ma route, prêt à placer ce visage inquiet dans les oubliettes de mon esprit torturé, celles que je réserve aux gens de passages, ceux que je ne fais que croiser sans avoir le courage de mieux les connaître - autant dire que cette fosse mentale est déjà bien pleine. Mais c'est sans compter sa requête, formulée avec une urgence et un ton désespéré que je ne saurais ignorer.

    — Vous n’auriez pas vu un chat gris au poil mi-long ?

    La fourbe, elle me prend par les sentiments.

    Je l'aurais bien envoyée paître, lui assénant un truc abject qui lui ferait comprendre que ce n'est en aucun cas mes affaires. Mais y'a ce quelque chose sur son visage, dans la douceur de sa voix ou dans sa respiration, saccadée d'avoir trop couru, qui m'en empêche.
    Alors je lui indique par un bref signe de tête que je n'ai rien vu, et je sens mes traits se dérider. Je peux pas avoir l'air d'un mec énervé tout le temps, surtout quand il est question d'un chat. Qu'est-ce que je ferais, moi, si un jour Fudji venait à se barrer ?

    Je sonde la jeune fille, me perdant un instant dans ses pupilles sombres que je sens me supplier timidement, avant de soupirer. Mais ma décision de l'aider est déjà prise quand je fais toujours mine de réfléchir, rangeant mon smartphone dans l'une des poches de ma veste en cuir. Après tout, j'ai rien de mieux à faire.

    — J'vais t'aider, je dis, lui demandant presque.

    Je sais pas trop ce que donne ma voix, mais je suis sur qu'elle manque de l’aplomb que j'affichais quelques minutes plus tôt. Tant mieux, parce que cette confiance est fausse, de toute façon. Et puis, je ne sais même pas si elle voudrait de l'aide d'un type comme moi, alors je me dépêche de poursuivre.
    Enfonçant mes grandes mains dans mes poches d'un air nonchalant, je reporte mon regard vers le port qu'on aperçoit encore, baigné de la lumière du soir.

    — Tu crois qu'il serait venu pêcher dans le coin, alors ? je lance, à moitié sérieux. Comment il s'appelle ?

    Je finis par reporter mes yeux bleus qui se perdaient dans l'horizon sur mon interlocutrice, pas vraiment assuré. C'est bien plus simple de s'intéresser à un chat qu'à un être humain. Mais même si je n'ai rien d'un mec avenant, j'essaie au moins de ne pas lui faire peur avec ma froideur habituelle, et ça me paraît déjà pas mal.




       
    Take a deep breath
    après tout, la solitude me va si bien au teint
    ♦ écrit en Slateblue
    avatar
    Re: La nuit tout les chats sont gris - Jacob > le Jeu 19 Avr 2018, 23:29
    Nil 
    Elemental Skin ▬ Eau
    Elemental Skin ▬ Eau
    Messages : 26
    Particules : 15

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Eafrns
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Danseuse






    La nuit, tout les chats sont gris - @Jacob





    Après une dure journée où il avait fallu faire preuve d’endurance, de tonus, de force, et de souplesse, il fallait qu’elle le perde. Après avoir eu des problèmes de transport le matin, après avoir eu des problèmes avec certains petits malins, il fallait que lui fasse le fourbe et s’échappe. Après avoir traverser les courbatures et la pluie, il fallait que le petit s’enfuit. C’était la loi de Murphy. Les problèmes s'enchaînaient encore et encore jusqu’à ce que la journée soit une catastrophe…

    Il souffle, il avait l’air de tout, sauf de l’accepter, mais il rangea l’objet qui hantait ses pensées et qui rendait son air presque frustrant. Il allait l’aider, alors le minois de la jeune femme s'embellit et s’illumina d’un sincère sourire. Le garçon, lui, celui qui semblait au premier abord dur et sec devenait petit à petit plus tendre. La colère le rongeait-il jusqu’à présent ? Nil ne savait quoi penser de ce passant à l’allure froide et versatile qui se laisser aller.

    Nil serait bien reconnaissante face à cet étrange personnage. Elle ne savait pas s’il attendait quelque chose, mais si Thon reviendrait, elle lui devrait bien quelque chose. Pour elle, il y avait toujours une contrepartie. Les Hommes n’étaient pas tous gentils, alors elle lui proposerait bien quelque chose une fois cette aventure finie. Elle lui devait bien quelque chose, elle ne savait pas quoi, mais cela lui importait, tant que Tonne rentrait entier. Elle réglerait cela après, enjouée et le moral remonté.

    - Merci beaucoup ! C’est vraiment gentil de votre part !

    Dit-elle, le visage tout sourire et gêné à la fois.

    - Je suppose qu’il a pu sentir du poisson, ou bien trouver une proie à chasser, j’habite tout près… Il n’a pas pu aller bien loin, c’est un vrai paresseux.

    Elle prit un ton morne, et fit une pause.

    - Il s’appelle Thon.

    Prononça t-elle sur un ton plutôt réfléchi, cette fois-ci.
    La jeune fille regard un peu plus le jeune homme. Il était plutôt charmant et sa chevelure bleutée. Elle ne comprenait pas pourquoi au premier abord il était si dur… Elle était sûre qu’il avait bon fond, après tout, sinon il ne ferait pas cela. Il ne serait certainement pas là. Puis, elle plongea son regard dans les alentours à la recherche de qui pourrait-être un félin de petite taille. Néanmoins, elle ne croisa que les reflets des lumières sur les flots.

    Le regard posé sur les lumières du port, elle songeait aux choses qu’elle aimerait, qu’elle aurait préféré. Rêver d’utopies lointaines, faires des rencontres qui illumineraient sa vie, dîner aux chandelles… Elle l’aimait, ce port. Elle rêvait de tant de choses en ce lieu, mais pour l’instant, elle devait se contenter de chercher ce gros chat en présence de cet homme presque trop sérieux.

    - Il a un petit collier bleu aussi.
    Pensa t-elle à ajouter, même si ce détail n’avait que peu d’importance… Il y aurait pu avoir d’autre chats gris, après tout.

    Leurs compagnies allait-elle réchauffer leurs dures soirées ?


    ♥️
    avatar
    Re: La nuit tout les chats sont gris - Jacob > le Mar 24 Avr 2018, 10:54
    Elemental Sin ▬ Air
    Elemental Sin ▬ Air
    Messages : 22
    Particules : 70

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Ai Mikaze ▬ Uta No Prince Sama
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Infirmier de nuit
    La nuit tous les chats sont grisft. Nil


    Je vois son sourire fleurir, soulevant ses pommettes rosées, et c'est les miennes qui s'empourprent à mesure que ses traits se détendent. Je me sermonne. Merde, Jac, rougis pas devant la première nana qui te parle. Elle a l'air si douce et bienveillante que j'ai l'impression d'être un alien de ressentiment à côté.
    Je dois faire tâche là, non ?

    Alors qu'elle me dit son nom, l'envie de ricaner me prend, mais je me contente de retrousser les lèvres en un sourire dissimulé. A peine visible. Thon, hein ? Pour avoir un chat qui porte un nom de poisson, cette petite tête rose devenait tout à coup un peu plus amusante.

    Mais je ne suis pas là pour me foutre de sa gueule -plutôt pour lui filer un coup de main. Un chat gris, au collier bleu, ça ne doit pas courir les rues. Et si j'en crois la brève description de ma compagne de recherche, il ne doit probablement pas courir tout court.
    J'entreprends la marche le long de la rue redescendant sur les quais du port, histoire d'occuper le silence paisible qui s'était installé. Je dis paisible parce que je l'aime bien, ce silence qui n'en est pas vraiment un, entrecoupé par le clapotis de l'eau qui raisonne au loin.

    — On va le trouver, hein. je dis maladroitement, comme pour la rassurer.

    Je ne sais pas si elle est particulièrement inquiète vu que son visage s'est apaisé depuis son arrivée, mais l'urgence de sa demande lors de notre "rencontre" me prouve qu'elle doit sacrément y tenir.

    — Tu sais, j'ai un chat aussi., je lâche, un peu sans m'en rendre compte, comme si cette pauvre phrase justifiait le fait que je lui vienne en aide. Enfin c'est plutôt un chaton, il est haut comme trois pommes, mais je détesterais le perdre.

    Ok, super, raconte ta vie mec, c'est bien de ça dont elle a besoin. Je me gratte l'arrière de la nuque, gêné de cette spontanéité que je ne me connaissais pas. Pour contrebalancer mes paroles, je promène mon regard sur les alentours à la recherche d'une petite boule de poil gris, sans rien trouver pour autant. Mais j'ai réellement bon espoir : les animaux sentent l'amour, et elle a tout l'air d'une maîtresse affectueuse. Il reviendra. Et s'il se cache, la verdure qui borde le port devrait constituer une bonne cachette pour un chat explorateur, et un peu patachon.

    Je me décale légèrement afin d'avoir une meilleur vue sur les buissons que nous longeons, à l'affût du moindre mouvement, quand je me souviens que je ne sais même pas comment elle s'appelle. Son chat oui, mais elle ?

    — Jacob, au fait. Pour te servir. j'ironise, mimant à moitié une révérence, ridiculement mal exécutée.

    Je me surprends même à esquisser un sourire en coin, révélateur de l'absurdité de cette situation pour un mec comme moi, ayant plus l'habitude d'ignorer les gens en détresse que de secourir les
    chats perdus . Ce qui est plutôt cocasse, c'est qu'aider les autres avait toujours été mon rêve. Oh, je fais ce que je peux au boulot, et je me plaît à penser qu'à défaut de sauver des vies je soulage un peu la douleur des patients. Mais dans la vie de tous les jours, je ne suis pas vraiment un habitué du "aide-ton-prochain".
    Comme quoi, faut un début à tout.




       
    Take a deep breath
    après tout, la solitude me va si bien au teint
    ♦ écrit en Slateblue
    avatar
    Re: La nuit tout les chats sont gris - Jacob > le Mer 25 Avr 2018, 23:25
    Nil 
    Elemental Skin ▬ Eau
    Elemental Skin ▬ Eau
    Messages : 26
    Particules : 15

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Eafrns
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Danseuse






    La nuit, tout les chats sont gris - @Jacob

    Nil rejetta un coup d'oeil à ce jeune homme. Il semblait plutôt confiant. C'était une bonne chose. Pour elle, cela pouvait paraître peut-être un peu bête, un peu naïf, un peu enfantin, mais le positif attirait le positif, bien que sa journée ne fut pas glorieuse... Elle se disait que peut-être, cet homme était un élément positif, puis qu'il avait l'air, malgré une certaine froideur externe, une volonté et une assurance qu'il ne dissimulait pas. Nil se sentait à l'aise, presque protégée par cet individu bienveillant qu'elle ne connaissait à peine. Peut-être qu'après cette dure journée, elle avait besoin d'un peu de chaleur, d'un peu d'air... D'une présence nouvelle.

    - J'espère... Dit-elle avec un timide sourire, n'osant montrer une part de peur ancrée en elle.

    Nil y tenait à son chat. Elle ne vivait plus avec sa famille. Elle avait renoncé à vivvre avec eux, préférant mener sa vie de son côté. Elle se coulait une vie en solitaire, et sa seule compagnie en rentrant de ses longues journées n'était autre que le petit Thon. Bien qu'elle aimait inviter des amis chez elle, elle n'était du genre à forcément inviter tout le temps des personnes. Elle aimait parfois ces moments en pyjama, accompagnée sur ses genoux de ce gros chat.

    Ce jeune homme, lui aussi, comprennait. Il avait un chat un chat, plutôt petit. C'était sûrement la raison pour laquelle il avait un minimum d'empathie. Nil souriait face à ses révélations. Il savait ce que c'était qu'avoir un charmant compagnon. La jeune femme ne lui répondit pas, elle se contenta de le fixer avec gentillesse, ses yeux humides tendant de partager un peu de douceur. Ses larges pupilles dilatées de la couleur du charbon tentaient de lui exprimer qu'elle ressentait la même chose, qu'ils avaient quelque chose à partager, bien qu'ils ne se connaissaient.

    Nil observa ensuite tout autour. Il pouvait être partout. Elle n'esperait juste pas qu'il était tombé à l'eau.Le potelé en était capable, après tout. Elle ne savait pas s'il était capable de nager. Contrairement à elle, cet élément n'avait pas l'air de lui convenir. Elle l'avait déjà vu bien mécontent lorsque sur le balcon il avait reçu quelques goutes.

    - Je m'appelle Nil. Demoiselle à sauver. Enchantée.

    Répondit-elle à son jeu, amusée. Son rire suivit sa révérence maladroite.. Ce garçon par ses maladresses et ses attentions finissaient pas détendre le Nil qui jusqu'à présent avait fait une crue de toute sa peur et de l'accumulation d'émotions négative, trafiquant ses émotions. C'est comme si la présence de ce jeune homme soufflait et soulevait l'anxiété et la notion de complexité qu'elle avait rencontré. Pour une fois, Nil ne semblait pas refuser un peu de bonté, un peu d'aide. Cela faisait du bien de recevoir un soir, tandis que les autres elle pose son oreille pour entendre les plaintes des gens trop alcoolisés tard le soir, après une danse voluptueuse. Elle était aussi contente parce que ce soir, elle ne sentait pas comme un objet qu'on convoite uniquement pour le plummard. Elle était à l'aise Nil et détendait son débit.

    Elle appela encore une fois son chat. Cependant, elle n'eut pas réponse, il n'était pas là.

    Alors Nil s'avança un peu vers le rebord pour voir si le courant n'avait pas emporté l'animal. Peut-être était-il monté sur un des bâteaux présents à côté du quais... Il y avait tant de possibilités à explorer. Cependant, il ne semblait pas que l'animal était sur un de ses bâteaux. Il n'y avait aucune raison de le trouver ici après tout. Alors la rose recula vers le bleu pour ne pas le perdre.

    - Il n'est pas dans les alentours, en tout cas.
    Souffla-t-elle de ses lèvres humides et rosées.

    - Devrions-nous nous séparer ?

    La jeune femme leva les yeux vers lui. Elle n'avait pas envie qu'il finisse par partir. Elle n'avait envie de le voir abandonner. Elle n'avait pas envie de se sentir encore plus seule, cependant, elle ne tenta pas de le convaincre. S'il s'enfuyait, elle ne savait pas si elle aurait la force de le retenir. Peut-être bien que oui, car au fond, elle sentait qu'elle en avait besoin...

    ♥️
    Contenu sponsorisé