AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



le sol est le support de la vie ▬ terminée (100%)



    Partagez
    avatar
    le sol est le support de la vie ▬ terminée (100%) > le Sam 05 Mai 2018, 22:07
    Sol 
    Elemental Skin ▬ Terre
    Elemental Skin ▬ Terre
    Messages : 14
    Particules : 0
    SOL
    Protéger qui vous aime, donner le nécessaire à qui vous donne les étoiles, il n'est rien de plus doux.


    [gabriel reyes (reaper)  - overwatch]
    Mon nom complet est Víctor Soledad Blasco Ibáñez mais on m'appelle plus simplement Sol. Je suis né le vingt-trois novembre 1980 et j'ai donc 38 ans. À l'origine, je viens de Porto Rico et je vis à Stonehaven. La ville m'a tendu les bras depuis le vingt-deux novembre 2017, c’est à dire, moins d’un an. Je connais la Quintessence.

    À Stonehaven, j’entretiens les espaces verts de la ville, ainsi que les zones plus touristiques, à défaut de pouvoir exercer mon précédent métier parmis les forces de l’ordre. Je vis dans un petit appartement situé vers le port.


    Composition :

    Terre

    71%

    Eau

    12%

    Air

    8%

    Feu

    9%


    Groupe souhaité :ELEMENTAL SKIN DE LA TERRE


    Description physique (texte ou adjectifs)


    Elles témoignent de ta vie étrange, jonchée de bonheurs et de malheurs, comme les autres. Les balafres sur ton corps. Le front. C’est lorsque tu t’es encastré la tête dans l’encadrement de la porte - trop basse à ton goût, oui - de la chambre d’hôpital. Tu étais en retard mais tu as réussi à assister à la naissance de ton fils. Ta joue. Tu t’es interposé dans une bagarre, quelques mois avant d’être officiellement un jeune policier débutant. Boxeur de ton passe-temps, tu as facilement gagné ce trois contre un, tu n’avais juste pas prévu la bouteille de bière brisée sur ta belle face. Ton nez. Triste affaire d’un portable tombé pendant que tu lisais les dernières nouvelles allongé dans ton lit. Tu préfères dire que c’était en arrêtant un dangereux criminel - ahem - Diverses coupures sur le corps, les bras. Des blessures récentes et anciennes, des maladresses quotidiennes pour lesquelles tu t’es spécialisé depuis l’enfance. Le genou droit. Ton premier tour à vélo, ton père ayant surestimé tes capacités à dévaler une pente un peu raide.
    Tu ne t’arrêtes pas sur le cercle niché sur l’épaule. Sur la plaie refermé au niveau de la hanche traversant de part en part cette peau dure. Tu n’oses plus regarder ou en parler. C’est du passé. C’est fini. Tu es plus fort que tout ça, n’est-ce pas ? La terre t’aide.

    Lorsque tu marches dans une foule, l’on remarque rapidement la tignasse noire qui dépasse de l’océan capillaire divers et varié, quand elle n’est pas capuchonnée ou cachée sous un bonnet - tu portes toujours un nombre excessif d’habits. Pulls, bonnets, double pairs de chaussettes, tu as froid, tous les jours, tout le temps. Le climat agréable de ton île natale te manque parfois - De tes prunelles noires, dénotent quelques tâches ambrées, déposées ici et là, donnant un éclat particulier à ton regard sous une certaine lumière. Un regard sombre mais plein de vie, à la fois. Des sourcils épais, une barbe fournie, une chevelure dense, ta pilosité est aussi active que ton élément fétiche. Lèvres rouges, nez cabossé. La peau hurle qu’elle appartient au soleil des îles des caraïbes depuis ta naissance.
    Ancien flic, ancien boxeur, tes muscles sont dessinés depuis longtemps. Depuis l’activation, tu es simplement plus lourd. Plus intense. Tu as changé de catégorie, pour rester dans le langage de ton sport favoris. Poids moyen à poids lourd.
    Tu es grand, bien trop grand. Tu dois te baisser souvent. Mais, maladresse oblige, tu n’y penses pas à tous les coups.
    Tu parles couramment l’espagnol, ta langue natale et l’anglais, saupoudré d’un accent venues des contrées latines. Ton fils vivant en France, tu essayes d’apprendre la langue de Molière mais n’a pour le moment, que les connaissances de base, avec un accent très marqué.

    (1m96 - 97 kg - origines portoricaines - cheveux noirs et courts, qu’il entretient tant bien que mal - yeux noirs teintées de jaune ambré - trait du visage assez dur - voix grave et rauque - a toujours un accent fort - barbe courte mais épaisse - musclé - imposant - s’habille x2 parce qu’il a froid - n’a pas de style vestimentaire particulier, il met principalement des vêtements qui tiennent chaud - il possède beaucoup de t-shirt à l’effigie de personnages emblématiques de la sci-fi, d’alien, à predator - porte toujours des chaussures style militaire noires)

    Description mentale (texte ou adjectifs)


    Fort, fort, si fort. Il est si fort.
    Triste humain de la quintessence, abandonné.
    Abandonné par la terre. Sol instable. Sol périssable, effondré, effacé. Touché au corps, comme au coeur, tu es mort quand il est monté dans le train. Toi, sur le quai. Blessé. Balle en acier dans l’épaule et à travers la hanche, balle en regret qui explose le coeur. Ce bout de vitre qui sépare votre chair commune et les prunelles qui hurlent à l’abandon.
    Cauchemar sur réalité, tu ne dors plus très bien depuis.
    L’héroïsme de tes débuts, de ta carrière, de tes exploits, de tes réussites, est derrière toi. Tu n’es plus que le fantôme qui hante de ta propre vie. L’ombre d’une ombre qui essaye de ne pas assombrir son enfant. Tu pensais attendre que la vie se déroule sous tes yeux.

    Mais non. Ta grand-mère t’as poussé hors d’atteinte. Loin, loin du précipice. Menaçante de sa terrible claquette hispanique et de ses croyances. Toi, le sceptique depuis l’enfance.
    Tu t’es éveillé. Activé. Tu as ressenti la terre et le sol est redevenu stable, comme autrefois. Quelques fissures ont disparues et quelques morceaux se sont recollés. Pourtant, tu es toujours brisé, tu le sais. Tu erres le soir, l’échine pliée, le menton baissé. Tu rencontres des gens, des obstacles et tu t’étonnes d’être aussi cabossé, aussi balafré. Tu veux simplement revivre, Sol, de la manière la plus discrète possible. Comment éviter de te regarder, toi, l’ombre d’un géant. Tu vas toujours au même pub, toujours à la même heure et tu essayes de te fondre dans la masse. Quand tu regardes les bulles de ton breuvage, tu pries. Laissez-moi seul. Mais enlacez-moi. Contradictoire, comme ta vie.
    Démissionnaire de tes peurs, de ton passé, tu ne peux pourtant pas rester en retrait. Tu sauves, tu réconfortes, tu aides, tu écoutes.
    Tu protèges.
    Tu es celui qui sacrifie une soirée à écouter les doléances des âmes en peine de la nuit, tu es celui qui s’assure qu’elles rentrent indemnes chez elles.
    Tu ne peux pas en dire autant.
    Tu n’es jamais sain et sauf.
    Tu as toujours peur.
    Une sirène retentit, tu gèles sur place. Comme un enfant trop apeuré pour oser regarder sous son lit.

    Mais tu as gardé les réflexes. Tu assures une sécurité autour de toi. Tu protèges même sans t’en rendre compte. Et l’on t’en remercie. Ils sont attirés par cette chaleur, ce réconfort. Et ils restent parce que tu es solide. Parce que tu as l’air incassable.
    Imperturbable.
    Tu l’es, sans l’être.
    Tu ne te brises plus, en tout cas, pas en présence humaine.
    Neutre, tu ne réagis que très rarement aux provocations, pourtant, tes poings fatigués, marqués, débordent d’une force dévastatrice que tu pourrais aisément relâcher. Mais tu préfères éviter. Au fond ou même à la surface, tu ne veux de mal à personne.
    Tu n’es pas bête et même assez perspicace. Tu allais devenir inspecteur, après tout.
    Nervosité mentale cachée derrière une aura responsable, tu te réfugies dans d’autres univers. Passionné, tu l’es pour les films d’horreurs, de science-fiction. Tu possèdes tellement de produits dérivés que tu as l’impression de vivre dans un endroit fictif, c’est  rassurant dans un sens. Il faut bien te protéger un peu, toi, et toi seul.
    Fragile, fragile, si fragile. Il est si fragile.

    (discret - altruiste - protecteur - déprimé -  calme - insomniaque - stable - responsable - souffre d’un stress post-traumatique - peut devenir très nerveux pendant une crise - apte à écouter - ouvert d’esprit - étrange - intimidant - maladroit - déterminé - fatigué émotionnellement - nostalgique - véritable nerd)

    Histoire (ou chronologie)


    qu’ils sont heureux ;
    le sable sous les pieds, les rires dans les airs. des réminiscences d’un pays chaud, d’une enfance ensoleillé. ta grand-mère, ton abuela, qui te raconte toutes ces histoires, des hommes et des éléments. tu t’endors les pensées errant dans un monde d’éther. comme le monstre sous ton lit, tu y crois. comme les ombres qui dansent sur les murs de ta chambre, tu y crois. sol, tu es épanoui. très sportif. tu joues au football dans la ruelle qui jonche ta maison, presque tous les jours. tu es un rayon de chaleur. sol, qu’elle t’appelle. ta grand-mère. son petit soleil à elle. tu grandis mais tu restes émerveillé par le monde. tu aimes ton île. tu es toujours entrain de te rouler sur le sol, dans le sable, dans la terre, malgré les complaintes de ta mère. un enfant de la terre.
    qu’ils sont malheureux ;
    à l’aéroport, tu sens comme un soulagement pour ta génitrice qui tire les valises et s’éloigne de ton père et de ton abuela. tu n’es qu’un adolescent. tu ne comprends pas. tu ne veux pas comprendre ou accepter cette vérité. qu’ils ne s’aiment plus. qu’ils ne veulent plus rire. après les aurevoirs, tu t’éloignes en pleurnichant. tu essayes d’être un homme mais tu n’es qu’un garçon. ta grand-mère t’aggripes le bras et te serre dans ses bras. elle glisse un minuscule bocal rempli de sable dans ta poche. elle demande, elle prie mais tu ne te souviendras pas exactement des mots qu’elle t’adresse.
    qu’il est passionné ;
    tu frappes de toute tes forces dans le sac sous tes yeux. tu frappes à en faire exploser tes veines. tu as besoin de te lâcher alors tu viens ici toutes les semaines et tu frappes le même sac, pendant trois heures. l’on te demande si tu ne veux pas te faire entraîner, pour devenir un professionnel de la cogne. mais tu réponds toujours le même chose. non, merci. la vingtaine, tu es déjà engagé dans une autre voie. l’espoir de protéger les autres, l’espoir fou de faire quelque chose de bien dans ta vie.
    qu’il est amoureux ;
    tu penses à sa peau. à la première fois que tu as effleuré ses doigts. tu penses à son sourire, à ses sourcils qui se froncent. tu penses à elle, illuminé par un soleil matinal, dansant dans des draps abîmés. tu penses à elle, allongée, qui passe sa main sur ton crâne rasé. tu penses à elle, qui te demande de faire attention quand tu vas protéger le monde.
    tu penses à elle qui pleure quand tu rentres tard. qui pleure quand elle te demande d’exprimer mieux tes sentiments. qui pleure sur ton corps blessé. qui pleure quand elle ne peut plus te voir triste. qui pleure parce qu’elle ne te comprend plus et que toi non plus. qui pleure quand elle monte dans le train, sans toi. sans vous.
    tu essayes de ne plus penser à elle.
    qu’il est père ;
    tu l’aimes, tellement. tu n’as jamais hésité à lui dire, contrairement aux autres. tu es le père amusant, énergique et fort. tu es comme transformé à ses côtés. le père protecteur qui a peur pour son enfant. le père qui fait passer son fils avant tout dans sa vie. le père qui meurt à l’idée de ne pas voir son fils. le père qui ne peut pas voir son fils. le père qui essaye de retrouver un vie stable pour son fils.
    un père.
    qu’il est blessé ;
    marqué à vie. tu en rêves presque toutes les nuits. tu as peur presque tous les jours, même si tu n’affiches pas ta nervosité. prise d’otage ayant mal tourné, tu subis encore tous les jours le poid de cette culpabilité. tout s’est effondré dans ta vie au moment où les balles ont pénétrés ton corps, ton esprit, ton âme. tu étais déjà attaqué par une force dont tu n’avais pas conscience, à l’époque. une carence dans ta vie. mais le déclencheur de tes maux, véritable destructeur de ta vie presque structurée, ce fût ce bruit fort et soudain. ces coup de feu qui sonnaient comme une mort prochaine. tu es resté plusieurs jours dans un état désastreux à l’hôpital, femme et fils à tes côtés.
    qu’il est brisé ;
    tu n’as pas su te relever. tu es resté à terre. tout s’est effondré sous tes pieds. tu ne crois plus en rien, en personne. tu t’énerves, tous les jours. contre toi, surtout. tu ne sais plus rien. tu n’as plus de force.
    qu’il est sauvé ;
    tu te laisses mourir. tu es seul. elle est parti avec ton fils. tu le mérites, certainement. tu ne voulais pas les entraîner de ta chute. pourtant, c’est en débarquant à l’improviste que ta grand-mère t’as remis les pendules à l’heure, un deus ex machina venue de porto rico. stress post-traumatique ou pas, blessure ou pas, faute ou pas, pour elle, il n’y avait qu’une réponse, l’éther. la quintessence. ces histoires étranges qu’elle te racontait. en faisant quelques recherches, tu t’es retrouvé en écosse, seul. attiré par la terre.
    tu es resté dans le cercle.
    sceptique mais confiant.
    fragile mais fort.
    qu’il est fort.

    (né à Porto rico - parents divorcés, est allé vivre à londres avec sa mère à l'adolescence - est devenu un simple policier à 21 ans - a rencontré sa femme dans un pub à londres, une étudiante française - s'est marié à 27 ans et est devenu père trois ans plus tard - commence à montrer des signes de carences en terre après sa promotion comme sergent, à 31 ans - s'est fait tiré dessus pendant une prise d'otage - est devenu très instable après ça - sa femme demande le divorce et la garde de son fils, qu'elle obtient, sol subissant toujours un stress post-traumatique sévère qui le prive de son travail, de sommeil - il est arrivé à stonehaven il y a moins d'un an sous les conseils de sa grand-mère, qui connait beaucoup de choses sur la quintessence - il a passé l'épreuve via les conseils d'un initié et se reconstruit depuis, petit à petit - son but est évidemment de revoir son fils plus souvent, qui habite à paris, il ne le voit que quelques fois par an)


    Hors rp


    Derrière l'écran c'est sol ou NY (nil, c'est pour toi tmtc) et c'est mon 1er compte sur Elemental Skin. J'ai trouvé le forum  grâce à un lien sur discord et j’suis tombée amoureuse. Je suis déjà très amoureuse, sans déconner. au début, j’ai lu les annexes j’étais [SWEATS NERVOUSLY] mais en fait, c’est comme le saut à l’élastique, ça fait peur mais une fois lancé, ça va tout seul (mauvais exemple car j’ai ultra le vertige mdr) et j’ai pas décroché ! ça m’a littéralement hanté jusqu’à dans mon lit et je me suis couchée à 7h à cause de vous, voilà (oui, je blâme)(jk)(oupas) ! Mais sinon, j'aime bien écrire, jouer à des jeux vidéos lol (god of war étant mon dernier, B O I INTENSIFIES) regarder des films, des séries, dormir accessoirement pourtant j'excelle parfaitement dans la mauvaise gestion de mon temps de sommeil, mdr.  j’espère pas avoir fait trop d’erreur jusqu’ici. VRAIMENT, j’ai lu avec attention mais mes neurones sont pas tous présents, je m’en excuse. je vous aime, faisons des bébés ensembles parce que vous êtes tous beaux.
    avatar
    Re: le sol est le support de la vie ▬ terminée (100%) > le Dim 06 Mai 2018, 00:25
    Elemental Sin ▬ Terre
    Elemental Sin ▬ Terre
    Messages : 114
    Particules : 49

    Fiche personnage
    Crédit avatar: TheMinttu
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Garde forestier
    LE DERNIER GOD OF WARS A L'AIR GENIAL ET JE PEUX PAS Y JOUER AAAH

    je tiens à dire de ta comparaison du saut à l'élastique j'vais la ressortir souvent et t'es genre encore plus extreme que moi parce que moi quand j'suis arrivée il était QUE 4h du mat et j'ai passé une heure à tout lire en fait ça va je suis pas un cas copain *h5*
    en tous cas, content de voir un joli petit skin terre, t'es tout beau en plus c:

    pis ce début de fiche

    courage à toi pour la suite ♥️


    avatar
    Re: le sol est le support de la vie ▬ terminée (100%) > le Mar 08 Mai 2018, 20:16
    Sol 
    Elemental Skin ▬ Terre
    Elemental Skin ▬ Terre
    Messages : 14
    Particules : 0
    merci pierre, bro de la terre, t'es trop chou, je ne sais quoi dire.    
    OUI IL EST GÉNIAL CE JEU HJDFHJKDSH (*nes'esttoujourspasremiseunesemaineaprès*)
    mdr en vrai, ce forum est la principale cause de mon récent décalage de sommeil, me couchant à 6-7h. oui je blâme pour éviter de prendre mes responsabilités, oui.

    et je pense avoir fini ???? je suis vraiment désolé pour l'histoire, j'ai mis du temps et au final, y'a pas grand chose. mais j'espère que ça ira quand même (un peu)  
    avatar
    Re: le sol est le support de la vie ▬ terminée (100%) > le Mar 08 Mai 2018, 21:05
    Elemental Sin ▬ Terre
    Elemental Sin ▬ Terre
    Messages : 114
    Particules : 49

    Fiche personnage
    Crédit avatar: TheMinttu
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Garde forestier
    Félicitations !


    Félicitations et officiellement bienvenue à toi Sol dans la grande aventure d'Elemental Skin !

    Bon cette fiche est drama mais tkt, elle est très cool, l'histoire est cohérente, pauvre sol quoi
    J'suis pas sûr qu'il fera bon ménage avec Pierre mais faut qu'ils soient bro pls. Sur ce !

    Tu as été placé parmi les Elemental Skin - Terre, tu as désormais accès à l'espace de rp, au flood et aux espaces personnels des membres. C'est là que tu pourras poster ton journal de rps et de liens, trouver des partenaires de jeu et des rps libres. Ta fiche de personnage est également remplie sur ton profil et te voilà paré(e) de 40 particules ! Ton lieu de vie a aussi été créé : http://elemental-skin.forumactif.com/f72-appartement-de-sol. Tu peux envoyer une courte description de ton lieu de vie à Lune ou Pierre par MP pour la description du sous-forum.

    N'oublie pas que ton groupe n'est pas figé et que tu peux évoluer au prix de quelques particules...

    Amuse-toi bien avec nous