AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



Succulose - ft. Divababe♥



    Partagez
    avatar
    Succulose - ft. Divababe♥ > le Sam 12 Mai 2018, 23:21
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 80
    Particules : 106

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Satsuki Shishio ▬ Hirunaka no Ryuusei
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Fleuriste
    Tu feras attention il y a une image au milieu du texte mais il faut encore lire après c:

    Succulose

    L'alliance parfaite d'une succulente et d'une rose ; toutes deux défaites de leur piquant pour charmer par leur seule douceur.

    Il entendait le ciel craquer au loin. Les sombres nuages qu'il voyait avancer entre les toits ne tarderaient pas à faire disparaître les dernières lueurs dorées du soleil. Coemgen n'avait jamais aimé les orages, les coups de tonnerre fracassant ayant le don de le surprendre et de l'effrayer à chaque fois. Il stressait déjà rien qu'à l'idée que la sombre masse électrique ne passe au dessus de sa tête.

    Deux clients flânant encore dans sa boutique le saluèrent et s'empressèrent de quitter le magasin avant que les premières gouttes ne s'écrasent sur le bitume encore chaud. À son tour, le brun accouru hors de l'Antre des Roses, rangeant tableau en ardoise et petits pots en terre pour ne pas qu'ils soient salis par l'averse ou soufflés par une toute autre bourrasque. Des trois rues qu'il pouvait observer depuis sa place dans l'angle de l'îlot, aucune ne voyait passer l'ombre d'un chat ou d'un chien, encore moins d'un homme ; tout Stonehaven certainement fermait ses fenêtres pour se protéger du vent. Lui-même retira le bloque-porte de l'Antre pour entendre moins le grondement monstre du ciel.


    Il avait l'humeur triste Coemgen, surtout par ce temps-là. La seule chose qui pourrait lui faire plaisir c'est se lover dans son plaid et piquer un somme. Ou boire un chocolat devant un film vu et revu dix fois. Oui, il était décidément d'humeur pantouflarde et devoir travailler encore plusieurs heures le déprimait réellement. Il traversa sa boutique, depuis les petites plantes en pot de la devanture et des premiers rayons vert citron jusqu'à la section des graines et des outils de jardinage ; passant par le coin des bouquets agencés autour d'une composition centrale, des gros pots qui nécessitaient tout un camion pour être déplacés et d'autres décorations diverses et variées autour des plantes, parfois créées par d'autres commerçants avec qui il avait des partenariats. S'il ne se trompait pas, il avait vu une ou deux têtes dépasser encore des hautes étagères, cherchant certainement leur bonheur. Il n'avait pas le coeur à les renseigner, il retourna simplement derrière son comptoir, caressant du bout du doigt sa petite aloe black gem qu'il avait descendue de sa cuisine pour lui tenir compagnie. Il n'allait pas chasser ses clients, mais juré, avec l'orage qui approche, il fermerait dès que tout le monde serait sorti et il s'offrirait un moment à lui. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas fini avant 19h.
    avatar
    Re: Succulose - ft. Divababe♥ > le Lun 14 Mai 2018, 04:29
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 185
    Particules : 80

    Fiche personnage
    Crédit avatar: sasaki haise ▬ tokyo ghoul:re
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiant en ingénierie aérospatiale, nounou pour animaux

    Tes iris s'entichaient de ces rayons engorgés d'édulcorés délices, vagabondant le long des truculentes entraves asphyxiées de criardes nuances. Celle préservant une myriade de rosacées tagadas fut écrouée de tes phalanges et tes arabesques valsèrent pour épuiser quelques ferreuses pièces auprès de la caisse. T'extirpant du bâtiment, ton crâne tangua en arrière et tes prunelles flagellèrent de l'inquiétude les embrumant, le firmament désormais balafré d'un épais manteau grisâtre. Le sachet embrassé de l'étreinte de tes bras entrecroisés attisa ton attention et il fut fébrilement éventré pour y engouffrer ta paume et exhiber une douceur, ferventement happée par ta cavité buccale qui l'accabla de galvanisantes succions, l'enjôleuse cadence de tes pas t'emportant à travers un rectiligne sillage, destiné à te faire regagner les entrailles de ta demeure. Un grondement fut cependant subitement exsudé de l'imposante et morose toile te culminant, accompagné de quelques perles translucides qui trépassèrent tantôt sur la dureté du sol, tantôt sur l'onctuosité de l'épiderme de ton faciès, tantôt au creux de ta cascade capillaire d'un lactescent mutilé d'obscurité. Les sanglots de Dame Nature se ravivèrent progressivement, s'embrasant au fil des minutes épuisées jusqu'à ce que les flots s'abattirent fiévreusement. Les silhouettes vagabondant à travers la ruelle se hâtèrent avec véracité et tu t'engouffras au coeur d'un effréné sillage. Souffreteux effort physique qui en craquela ton palpitant de torpeur, t'essoufflant bien trop vivacement, ta respiration hachurée de fiévreuses saccades fomentant les toussotements qui épuisèrent ta gorge tandis que tes esquisses affaiblies se ruinèrent au creux d'une chute au sol. L'épiderme enrobant ton avant-bras qui se fracassa ardemment sur le râpeux bitume fut gravé d'une rutilante acrimonie qui érigea cette faiblarde plainte de torpeur s'écoulant d'entre tes lippes et le contenu du paquet autrefois lové au sein de tes bras se retrouva leptosome le long du trottoir, pourfendu des flots pluvieux. Les tagadas flagellés des fougueuses larmes furent recueillies, retrouvèrent les entrailles de leur protection plastique et tes courbes regagnèrent maladroitement leur stature, la douleur forgée du choc les ayant violentées les aveulissant.

    L'affliction te ravagea les trippes et tu titubas lentement, toujours estampillé d'essoufflement, les accoutrements désormais engorgés d'eau. La devanture de ce magasin débordant de splendeurs fleuries se heurta à ta vue lorsque ton crâne pivota finalement vers la gauche. Une élégante bâtisse dont l'intérieur était parfaitement imprimé au creux de tes méninges, incessamment agrémenté de tes régulières visites. Débarrassant la porte d'entrée de ton passage d'un maladroit revers de paume, tu t'y insinuas fugacement et un soupir teinté de soulagement suinta d'entre tes badigoinces lorsque l'affliction de Dame Nature ne parvint point à davantage te conquérir. Ton paquet étouffé de friandises désormais ravagées fut délaissé sur l'étagère qui affriola ton attention de ses pots fleuris l'enjolivant. Tes prunelles s'écarquillèrent d'admiration et tes narines s'accolèrent aux frêles pétales pour s'asphyxier de leur doucereuse fragrance.

    Bonjour les toutes belles. Vous sentez si bon ! Oui, je suis tout trempé parce qu'il s'est soudainement mis à pleuvoir mais ne vous inquiétez pas, tout va bien. J'ai juste une vilaine blessure qui brûle mais tout va bien, oui.

    Quelques perles lacrymales s'éveillèrent soudainement et dévalèrent silencieusement le long de ses pommettes.





    frail succulent plant


    avatar
    Re: Succulose - ft. Divababe♥ > le Dim 03 Juin 2018, 20:07
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 80
    Particules : 106

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Satsuki Shishio ▬ Hirunaka no Ryuusei
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Fleuriste

    Succulose

    L'alliance parfaite d'une succulente et d'une rose ; toutes deux défaites de leur piquant pour charmer par leur seule douceur.

    Il aurait fallu qu'il soit aveugle et sourd pour manquer l'entrée de Diva dans sa boutique. Moins que le bruit insupportable du tonnerre rendu plus fort par l'ouverture de la porte, c'est sa chevelure claire mais détrempée qui frappa suffisamment son esprit pour le tirer de ses pensées profondes. Cóemgen se rappelait de son prénom. Diva passait de temps à autres et par hasard au détour d'une discussion, le brun avait obtenu son prénom, il ne savait plus réellement comment. Le temps de déboucher ses oreilles agressées par l'amplitude terrifiante du tonnerre, le blond avait déjà disparu dans les rayons.

    Le propriétaire de la boutique s'assura que tout était calme et que tout le monde se tenait normalement pour sortir par la porte de derrière la caisse, gravissant à toute vitesse les marches de l'immeuble jusqu'à son appartement au deuxième étage. Il l'ouvrit à la hâte et se précipita dans la salle de bain pour récupérer une poignée de serviettes de bain. Il n'allait tout de même pas laisser ses clients complètement trempés sans leur venir en aide ! Non, en réalité c'est surtout qu'il avait la flemme de faire le ménage et qu'il préférait largement laver quatre serviettes de plus que de passer la serpillière dans sa boutique. Il referma consciencieusement son appartement et descendit en passant devant la porte du premier étage. Premier étage dont l'appartement était exactement le même que le sien mais totalement vide puisque le propriétaire l'avait mis en vente depuis peu. En s'arrêtant donc sur le palier, Cóemgen se mit face à la porte et la désigna du doigt, comme s'adressant à elle.

    - Je t'aurais.

    Il sourit et repris sa descente pour regagner sa boutique. Le brun rêvait de pouvoir s'offrir le dernier appartement vide de l'immeuble et, par la même occasion, de pouvoir s'étaler sur la totalité des étages du bâtiment qui deviendrait presque le sien. À lui tout seul.

    Il avait encore le sourire en se promenant dans les rayons sinueux pour trouver Diva. C'est le bruit d'un léger murmure qui le mena à lui et il posa sur le blondinet des yeux presque tendres, touché de le voir s'adresser à ses belles. Il n'avait pas trop entendu ce qu'il disait mais savoir qu'il parlait aux plantes était largement suffisant pour le rendre tout à fait adorable et digne d'intérêt. Il cligna plusieurs fois des yeux, le regard fixé sur une feuille verte avant de lui tendre une serviette.

    - Tiens, ne vas pas tout me mouiller.

    Il était effroyablement touché et souriant, ayant changé d'humeur du tout au tout depuis l'arrivée de Diva. C'était le fait d'être diverti pendant un orage, cela le rassurait et la compagnie l'entourait suffisamment pour éloigner ses peurs. Il réalisait également enfin qu'il n'était qu'à quelques heures de son mini-week-end et cela le mettait en joie. Ou alors il était vraiment trop réceptif à l'attitude de Diva vis-à-vis des fleurs ; d'un instinct qui venait d'on ne sait où et qui s'éteignit à la seconde où il se pencha, il vint déposer une légère bise sur sa joue. Réalisant donc dans l'instant que cela ne faisait absolument pas partie de ses habitudes ni de la politesse de base à adopter face à un client, il en devint pivoine et ne put que claquer une autre bise sur son autre joue pour ne pas rendre ce geste encore plus étrange qu'il ne l'était déjà.

    C'est alors qu'il sentit sur ses lèvres un mince filet tiède et salé et il examina cette fois vraiment le visage de Diva. Il n'avait pas remarqué qu'il pleurait. Son cerveau, encore embrouillé par le geste ridicule qu'il avait eut, frôlait la panique. Finalement il remarqua sa blessure et effleura son bras, lui-même tremblant de honte.

    - Ouh la, ça va ? Tu es tombé ? Attends, viens, j'ai une trousse à pharmacie.

    Sa voix était incertaine. Il avait déjà disparu. Il s'était réfugié derrière sa caisse, farfouillant dans ses étagères d'une main peu assurée pour trouver sa trousse à pharmacie. Il se sentait bête. Stupide et ridicule, d'une spontanéité mielleuse à vomir. Et pourtant dans son coeur ne s'épuisait plus le sentiment si doux d'avoir entendu quelqu'un parler à ses plantes - quelqu'un d'autre que lui.
    avatar
    Re: Succulose - ft. Divababe♥ > le Jeu 26 Juil 2018, 15:00
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 185
    Particules : 80

    Fiche personnage
    Crédit avatar: sasaki haise ▬ tokyo ghoul:re
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiant en ingénierie aérospatiale, nounou pour animaux

    La torpeur corrodait ton pulpeux écrin déjà tant essoufflé de ses maladroites jérémiades qui le ruinèrent maintes fois contre la fracassante dureté des fades parterres bétonnés. L'humidité ayant engorgé le textile de tes accoutrements les délaissa et s'épancha lascivement le long des courbures de ta silhouette, maculant les carrelures de ses innombrables gouttelettes. La générosité de Cóemgen essouffla  les translucides gésiers de nacre estropiant tes pommettes d'une serviette disposée au creux de tes paumes qui s'y arrimèrent, saccadées de ces délicats tressaillements ayant conquis tes arabesques aveulies de la bassesse de la température t'enveloppant. Quelques perles écrouées de lypémanie s'éclipsèrent de quelques tapotements du tissu contre l'épiderme de ton faciès et tes prunelles se vivifièrent fugacement d'écarquillement lorsque les doucereuses lippes du fleuriste firent éclore un baiser qui auréola ton visage de sa délicatesse. La floraison si subite de ton embarras t'entrava d'immobilisme, quelques rosacées lueurs déflagrant le long de tes pommettes pour les égayer tandis que nulle palabre ne put s'extirper d'entre tes lèvres scellées de cet éphémère silence, l'indolente tendresse offerte par l'autre jeune homme davantage poignante que sa propre inquiétude à ton esprit.

    Lorsque la grave mélodie de Cóemgen estampilla finalement tes tympans, ton crâne balbutia d'un hochement et tu t'engouffras vivacement au creux de son sillage. Agglutiné à son comptoir, quelques rutilantes perles s'extirpant de ton acrimonie l'ornementèrent de leur criarde morbidité tandis qu'une acariâtre brise accabla ta pulpe déjà exténuée, embrasant les frissons aliénant tes esquisses. Tu chancelas aux côtés du fleuriste pour tendrement t'abreuver de la pétulance exsudée de son étendue dorsale, accolant ta pommette gauche au creux de ses omoplates alors que tes bras s'échouèrent autour de sa taille. Tes courbes avachies contre les siennes les érodèrent de quelques souffreteuses saccades alors que la délectation des chaleureuses effluves suintées de son derme te lénifia le palpitant.

    Il fait ffffroid.

    Tu balafras cette pulpe revêtue de son tissulaire habillage de quelques caressants balayages de ta pommette pour éveiller davantage de chaleur exsudée et l'ébouillanter de tes doucereux mouvements jusqu'à ce qu'une myriade de gargarismes se déchaîna au creux des entrailles de ton estomac, échauffant ton visage d'une fébrile avanie tandis que tes courbes se médusèrent ardemment.




    frail succulent plant


    Contenu sponsorisé