AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



Petit Krim rouge et le grand méchant Diloup ▬ Ft. Diva



    Partagez
    avatar
    Petit Krim rouge et le grand méchant Diloup ▬ Ft. Diva > le Dim 20 Mai 2018, 11:54
    Elemental Sin ▬ Feu
    Elemental Sin ▬ Feu
    Messages : 125
    Particules : 74

    Fiche personnage
    Crédit avatar: OC ▬ Boychaa
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Photographe pour une galerie d'art






    Où ? Un village fort fort lointain. Quand ? Un jour comme un autre. Peut-être le pire.
    Victime du monde et de ses péchés, ne restait plus qu’à pleurer, caché sous les draps pour y verser des cascades. Sûrement compter s’y noyer. Caché du regard des autres, trop brutal pour ceux qui n’arrivent pas à détester.
    Fragile, peureux et victime de ses propres monstres dans ce lieu perdu au milieu de tout. Au milieu d’une forêt trop dense pour espérer s’échapper, trop haute pour désirer s’envoler. Piège de monstres et de créatures sortis d’une fissure des enfers, attirés par la lumière des vies humaines. Heureusement, Krim ne brillait pas tellement.
    Et sa mère, femme de trop de foi le forçant à sortir, s’amuser, jouer avec les amis qu’il n’avait pas. Qu’il ne voulait pas. Furieuse et entêtée, comme toutes les mères semblait-il. S’il ne sortait pas, elle le forcerait.
    La cascade se tarit, épuisée d’avoir tant coulée. Très bien, il irait voir sa grand-mère. Femme de peu de foi, vivant recluse au cœur du bois, loin des autres et loin du monde. Parmi les monstres et les arbres centenaires. Probablement folle et délirante, pomme pourrie s’accrochant à la vie.
    Le blond se munit de son chaperon rouge. Couleur de la colère qu’il ne ressent pas, passion qu’il n’éprouve pas. Panier de paille imposé par sa mère reposant lourdement sur ses faibles bras, contenant des pots de Nutella, parce qu’apparemment là-bas, il n’y en a pas.

    Chargé du poids d’une vie et d’un panier trop rempli, la forêt lui ouvre les bras. Fière et solitaire. Cruelle et sanguinaire. Il n’y avait qu’à suivre le sentier lui avait-on dit, celui qui serpente, tourne et se retourne pendant que lui, marche et prend peur du moindre mouvement. Oiseaux, écureuils, source de tressaillement et de surprise face au monde qui n’est pas le sien. Le monde des loups disait-on, le monde des vieilles grand-mères folles à aller nourrir.

    Un pas devant l’autre sur le sentier qui lui, courait à travers la nuit qui commençait à tomber. Il se perdait, petit à petit, dans la peur et l’imaginaire. Perdu par la terre qui, lui semblait-il ne ressemblait plus au chemin de ses souvenirs. Demi-tour, pas demi-tour ? Grand-mère, pas grand-mère.
    Très bien, il continuerait. Lasse et fatigué d’arpenter ces bois qui semblaient n’appartenir qu’aux ombres. Chaperon rouge au panier d’osier, cible de la nuit qui l’enveloppe, le nargue et le poursuit.
    A l’écoute des hululements des chouettes, bourdonnements des insectes et hurlements des bêtes qu’il ne valait mieux pas croiser.




    avatar
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 185
    Particules : 80

    Fiche personnage
    Crédit avatar: sasaki haise ▬ tokyo ghoul:re
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiant en ingénierie aérospatiale, nounou pour animaux

    Bestial souverain de cette étendue arborescente où la pénombre embrassait trop souvent tes arabesques, les proies s'étaient finalement parées d'une âpre monotonie à tes papilles. Frémissantes étendues pulpeuses aux os qui craquelaient, expiaient sous la ferveur de ta frange émaillée ornementée d'émoulues canines, s'éclipsant savamment de tes prunelles ambrées incendiées d'une prédatrice lueur lorsque l'appétit mutilait tes gastriques abysses. Symbolisme du grand méchant loup exsudé de ton existence ne s'auréolant point des effroyables palabres assombrissant et décharnant son apparence, tu te mouvais au creux de cette silhouette pourtant humaine, ton crâne serti d'une paire d'oreilles lupines et le creux de tes reins culminé d'une vacillante queue fournie estropiant les airs de ses quelques fugaces batifolages. Le fébrile fémur d'une carcasse ruinée sur le sol boisé, étiolé de tes ineffables succions, les pulsions plantaires soudainement érigées de l'intrus insinué au coeur de ton végétal royaume émoustillèrent tes tympans tandis que tes phalanges délaissèrent l'ossement qui se fracassa lourdement parmi les autres vestiges dérobés de leur pulpe.

    Le manteau lunaire asphyxiant doucereusement les entrailles forestières de son truculent argenté, tes courbes valsèrent parmi les troncs essoufflés par les années épuisées. Lorsqu'une ombre mouvante se heurta finalement à le sensibilité de ta vision, tes esquisses s'enrobèrent d'une délicate furtivité, ton itinéraire se distordant pour contourner la frêle créature s'abreuvant de l'insécurité de tes terres ensevelies de cris animaliers. Te délectant finalement de ses arrières, tes jambes tordues d'un accroupissement pour t'enjoliver de la feuillue barrière camouflante d'un fourré, tes iris dévalèrent lascivement le long de sa musculature dorsale, se galvanisant de la douceur de la porcelaine semblant forger son épiderme tandis que tes narines s'enivrèrent de l'extatique fragrance suintée d'entre ses pores. Exotique délice qui embrasa tes papilles et qui fomenta la famine qui avait dévasté tes entrailles depuis de longues semaines.

    Une myriade de fleurissants grondements ébouillanta tes trippes et tu t'extirpas de cette dissimulation essoufflant ta présence pour la faire jaillir aux côtés du jeune homme sublimé d'une rutilante cape. Tes paumes écrouèrent ferventement ses épaules pour le pivoter et asservir ses prunelles des tiennes incandescentes d'un létal désir. Un carnassier grognement aliéna ta mâchoire, animant fiévreusement tes cordes vocales alors que l'imposance de tes aiguisées canines s'exhiba à la vue du chaperon. Elles gangrénèrent vivacement les centimètres lovés entre vos deux faciès et effleurèrent dangereusement le doucereux épiderme revêtant sa pommette gauche.

    Cette odeur si délicieuse. Voilà un met de choix offert sur un plateau d'argent. Quelle grossière erreur que de se promener seul en pleine nuit dans la forêt. Ne t'a-t-on jamais parlé du Grand Méchant Loup, pauvre inconscient ?




    frail succulent plant


    avatar
    Elemental Sin ▬ Feu
    Elemental Sin ▬ Feu
    Messages : 125
    Particules : 74

    Fiche personnage
    Crédit avatar: OC ▬ Boychaa
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Photographe pour une galerie d'art






    Seul et isolé, il fallait avancer. Étranger délaissé sous sa cape rouge trop flamboyante pour l’éclat de la nuit. Esseulé gamin envoyé pour nourrir l’imaginaire et les fous, sans jamais savoir dire non à ceux qui exigeaient un oui. Un jour, deux jours, il marchait toute une vie en oubliant de compter les heures, sûrement lasse d’avoir peur. Oubliant les ombres qui se bousculent, sautent et dansent entre les sourires de la lune. Narquoise et malicieuse face aux enfants du soleil un peu trop aventureux pour rester sur leur garde. Un peu trop naïfs pour fuir quand il faut fuir, courir quand il faut courir.
    Il aurait du. Attiré par les ténèbres, attrapé par ces grandes mains qui, en en quelques secondes firent défiler la forêt. Pour courir, il est déjà trop tard.
    Happé par le monstre, envoûté par les iris brûlantes, éclat du monde illuminant la pénombre.
    Mort de peur.

    N’osant plus respirer le peu qui lui était destiné. Se remémorant les histoires de son enfance, chaotique lupin, sauvagerie aux dents pointues qui déchirent pour se repaître de la chair vivante des hommes trop audacieux pour se contenter de ce qu’ils ont. Mais Krim n’était pas audacieux, intrépide et fort, comme le racontait les contes. Point d’épée à la hanche pour chasser les loups, point de courage pour s’accaparer l’espoir. Il n’avait au fond, que ses yeux dépareillés pour contempler sa fin et son chaperon pour se cacher du monde.
    Tremblement involontaire, certain de sa chute et de son impardonnable échec. A vivre ou à traverser une forêt. Bientôt ça ne lui importerai plus. Humain ? Loup ? Un mélange magique et ensorcelant. Terrible et étouffant.
    Proie qui sursaute face aux grondements de la bête, aux canines exposées, s’approchant dangereusement pour caresser sa peau, froide et pâle sous la blancheur de la lune.
    Yeux qui se ferment, certains de ne plus voir grand-chose à la fin de la minute. Les rouvrant d’un coup, surpris par le tonnerre de la voix. Si proche et pleine de promesse de mort. Fracas assourdissant dans le silence de la nuit. La chouette ne hulule plus, les insectes stoppent leur bourdonnements. Et si les arbres respirent, personne ne les a de toute façon jamais entendu.

    Enfant pâle aux cheveux d’orge, se fichant de son odeur, ou du goût de sa chair. Désirant assurément la garder sur ses os. Sa bouche s’ouvre, pour laisser les mots glisser, couler d’une voix chevrotante. S’il suffisait de parler pour survivre un peu plus longtemps, il parlerait jusqu’au matin. Aussi misérable soit sa voix.

    « Je… Je suis venu apporter de quoi manger à ma grand-mère, elle habite de l’autre côté de la forêt… »

    Courage de reculer d’un pas, puis deux. Heureux de rétablir la distance, d’éloigner le danger pour un semblant d’espoir, serrant le petit panier contre lui. De ne plus sentir l’haleine de la mort sur son épiderme tremblant. Conscient de la beauté du monstre, de son hideuse réalité. Envoûté malgré lui.

    «… Je me suis perdue. Tu veux bien m’aider ? »

    Supplique lâche et ébranlée, désirant plus que tout sortir de cette forêt maudite. Cherchant la pitié d’un loup pour vivre un peu plus. Ne s’attendant au fond à rien d’autre qu’à finir dans son assiette.






    avatar
    Re: Petit Krim rouge et le grand méchant Diloup ▬ Ft. Diva > le Jeu 26 Juil 2018, 17:59
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Oublié ▬ Terre et Feu
    Messages : 185
    Particules : 80

    Fiche personnage
    Crédit avatar: sasaki haise ▬ tokyo ghoul:re
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiant en ingénierie aérospatiale, nounou pour animaux

    La famine qui putréfiait tes trippes s'était fugacement éclipsée, gangrénée de l'ébouillantement de tes papilles qui se drapèrent de cette amylase engorgée de désir face à cette frêle et édulcorée exquise exhibée à tes iris. Son aphrodisiaque fragrance exsudée de ses pores assujettit et enivra tes narines de ses affriolantes effluves avant d'indécemment cavaler à travers tes entrailles flamboyantes de prédation. Délicat chaperon esseulé semblant déjà estampillé de l'âpreté de tes crocs paraissant noctulescents, horrifiquement égayés de l'argenté du voile lunaire. Lorsque les fluets carillons de sa mélodie émoustillèrent tes tympans, le carnassier de l'esquisse écartelant tes lippes étendit son emprise, ravivant la monstruosité de l'aura t'embaumant. Quelques révélations de sa part furent balbutiées. Son panier abritait des mets, offrandes suintantes de générosité à l'encontre de cette grand-mère qui déchaîna ta curiosité.

    Une pulpe maturée au fil des années écoulées était sublimée d'une saveur similaire à celle de cette voluptueuse existence tressaillant face à la vivacité ocrée de tes prunelles. Tes esquisses dorsales se tordirent et tes narines s'asphyxièrent de ces effluves s'extirpant lascivement d'entre les pailleteuses tresses de son panier abritant la dorure beurrée de pains sphériques et l'éclat saccharosé de confitures fruiteuses.

    Ta grand-mère ? Quel âge a t-elle ? Est-elle bien dodue, cette, grand-mère ?

    Mastodontesque et frissonnante symphonie qui ruissela d'entre tes lippes. Menaçante cacophonie destinée à l'auréoler de tortueux affres tandis que la distance jaillissante de ses voûtes plantaires reculantes fut effritée de la proximité insufflée des tiennes. Vestigiale et macabre valse ainsi lovée entre vos deux existences, étiolant cette tendre et albâtre candeur ornementée de carmin désormais médusée de ton emprise.

    Cet écrin de chair forgé par le temps fit davantage crépiter ton désir de te repaître de derme sanguinolent que celui d'ivoire exposé à ta vue. Truculente poupée satinée éclairant l'obscurité forestière vous embrassant. Le creux de ta paume aux phalanges serties de crochus cuticules se mua finalement lentement en offrande à l'effaré, un cauteleux rictus s'avachissant le long de tes badigoinces.

    Tiens tiens ~ C'est bien la première fois qu'une proie aie l'audace de me demander de l'aide. Je te laisse la vie sauve pour l'instant grâce à cette étonnante effronterie car tu es une curiosité bien amusante. Continuons notre chemin. Mène-moi jusqu'à chez cette grand-mère et d'ailleurs, qu'y a t-il exactement dans ton panier ?





    frail succulent plant