AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



Don't be late - ft. Monsieur



    Partagez
    avatar
    Don't be late - ft. Monsieur > le Ven 29 Juin 2018, 17:54
    Elemental Skin ▬ Air
    Elemental Skin ▬ Air
    Messages : 59
    Particules : 80

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Ellie - The Last of Us
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Employée dans une supérette et étudiante en philosophie
    Don't be late
    Et tu cours, tu cours, sans voir le danger derrière toi. Et tu t'retrouve là, comme une biche au milieu de l'autoroute. Tu fais face au conducteur. Chanceuse petite biche, ce n'est rien d'autre que ton professeur. •••

    Vous savez ce que c’est la pire invention humaine ? C’est pas la bombe atomique, ni les armes à feu ou les camps de concentrations. C’est pas non plus les toilettes à la turque ou bien la politique. Non non… La pire invention humaine, c’est clairement ce putain de bouton “snooze” sur les réveils.
    Tu te réveils une fois, puis tu te dis que tu as encore le temps, encore cinq minutes… donc t’appuies, une fois. Puis deux fois, trois fois, quatre fois… Et quand tu finis par ouvrir les yeux, c’est déjà trop tard. Tu ne le sais pas, mais tu es déjà mort.

    Plus jamais je ne cèderai au bouton snooze de mon réveil, plus jamais. Je le jure sur les ancêtres de mes ancêtres, c’est promis. Quand je suis sortie de mon lit tout à l’heure, il était 7h43. D’habitude, quand j’ai cours à 8h, je pars à 7h40. La probabilité d’être en retard est donc très grande.
    Je n’ai même pas eu le temps de boire mon café ou de manger un truc. J’ai du enfiler des vêtements aux hasards, récupérer mon sac sans vérifier si j’avais toutes mes affaires et je suis partie de chez moi en courant.

    Ca fait dix bonnes minutes que je cavale dans la rue pour espérer ne pas être en retard, esquivant du mieux que je peux les passants. J’ai pas du tout envie d’arriver à la bourre en cours, surtout que c’est un cours magistral avec Mr Rosenbach. Enfin, si je ne me trompe pas, je n’ai jamais appris mon emploi du temps. Bah, de toute façon, je le découvrirais bien en arrivant. Il n’y a plus qu’à prier pour que j’arrive avant la barre fatidique des 8h00.

    Je continue de courir à travers les ruelles de Stonehaven. Heureusement que je suis sportive sinon je pense que je serai déjà morte de fatigue depuis longtemps. Normalement, si je continue comme ça, il y a une petite chance pour que je sois à l’heure. Allez Prisme, courage.

    "Et merde…"

    Ma course était trop belle pour être vraie, et l’absence d'obstacle et de difficulté aurait du me mettre la puce à l’oreille: c’était trop facile. Effet du karma ou simple malchance, me voilà bloquée face à un feu rouge. J’hésite. Je suis du genre à respecter la signalisation, mais là j’ai pas vraiment le temps d’attendre. Et puis il n’y a pas de voiture… Tant pis.
    J’y vais.

    Je traverse en courant le passage piéton, sans remarquer à ma gauche la voiture qui vient de tourner. Bruit de pneu sourd, grinçant contre le béton. Je vois le véhicule foncer vers moi. Je me fige. N’importe qui de normalement constitué se serait dépêcher d’atteindre l’autre bout du trottoir, mais pas moi. La peur de mourir écrasé est trop grande, je suis paralysée.
    Par chance, la voiture pile juste devant moi, à quelques centimètres de mes jambes.

    Je fixe le conducteur, un homme aux cheveux roux, trop confuse par la situation, sans comprendre trop ce qui m’arrive. Et puis la pression retombe, je retrouve mes esprits.

    "Ah ! Pardon monsieur...Je suis vraiment désolée !"

    Je fais de grand gestes avec mes mains, je parles fort et vite. Mon coeur bat à la chamade à cause du stress. J’espère que le conducteur n’a rien non plus. ©️ 2981 12289 0



    Fiche x Lien x #c78b33
    avatar
    Re: Don't be late - ft. Monsieur > le Mer 08 Aoû 2018, 17:05
    Appelé par l'Air
    Appelé par l'Air
    Messages : 97
    Particules : 82

    Fiche personnage
    Crédit avatar: last morning ▬ lorandesore
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Professeur de langue française en lycée

    Il aimait le rythme. Son pied et ses boucles rousses battaient la mesure au son des basses, du moteur et du léger grésillement de la cassette maintes et maintes fois enroulée au doigt - le lecteur ne marchait plus si bien. Bowie, lui, ne fatiguait pas, menait la gondole à roues d'une main d'acier. Monsieur aimait le rythme parce qu'il était dominant et qu'il aimait suivre les règles.

    Bowie lui ordonnait de ralentir, alors il ralentissait et faisait bien peu cas du pauvre, pauvre péon qui lui suçait la carrosserie, frustré et impatient qu'il était d'un tel comportement - frustré et impatient qu'il s'en donnait l'air vu du rétroviseur. Bowie, de son regard asymétrique, ne voyait rien. Monsieur n'existait probablement que grâce à la route qu'il prenait. Le boîtier de la cassette cognant au cuir du cartable sur le siège passager, le mocassin pas neuf mais propre glissant sur l'accélérateur, la fenêtre ouverte à la sueur de son front, les muscles d'un bras bandés autour de la précieuse manivelle ; et sa voix chantait. Sans arrêt.
    Sans arrêt, elle qui traverse.
    Le battant toujours ému. Il est d'un calme olympien, lâche le frein à main en tremblant. Il n'a l'impression de rien. La tranquillité d'une statuaire vieille de deux mille ans et une fissure sur le pare-brise. Il aurait bientôt très mal aux côtes.

    La sueur de la paume contre le lecteur qui vibrait. Bowie chantait en lieu et place du pilote. Il était dans son bon droit.
    La portière s'ouvrit avec un fracas qu'il ne se connaissait pas.

    - Quoi ! et il se ressaisit, immobile dans la littérature, vous n'avez rien ?

    Il lui parlait fort, comme s'il la connaissait. Dans son timbre un tressaillement inquiet, dépassé par une colère à double destination. C'est le poids de la foule autour de sa voiture qui l'éveilla à un monde plus vaste que son pull informe et la vie affolée comme un oiseau blessé qui s'ébattait en son sein. La respiration entrecoupée, ses yeux temporairement myopes y virent plus clair. Ses sourcils trahissaient une déception sans équivoque.

    - Et vous n'êtes pas en cours ?!

    Le bras droit échoué sur le capot, mais il était toujours grand et la voix toujours tonnante. Il ne savait pas ce qui pouvait lui faire si mal. Il était anéanti et la tête lui tournait.
    L'adrénaline, voilà - et les pièces du puzzle toujours éparpillées autour de son corps de nourrisson allongé sur le dos, vulnérable, trop fragile pour tendre le bras et saisir. Il ne saisissait rien.
    Il avait besoin de respirer.
    don't be late | ft. prisme


    SIÈCLE
    DERNIER who ▬  aes