AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
connexioninscription
Elemental Skin



(aidan) oceans never listen to us anyway.



    Partagez
    avatar
    (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mar 13 Mar 2018, 23:36
    Elemental Sin ▬ Feu
    Elemental Sin ▬ Feu
    Messages : 50
    Particules : 97

    Fiche personnage
    Crédit avatar: jason todd (dc). cr art; toixx
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Barman
    aidan
    i wanna breathe that fire again


    [jason todd (dc)]
    Mon nom complet est Kenzo Aidan Maeryn mais on m'appelle plus simplement Aidan. Je suis né le 16/08/95 et j'ai donc vingt-deux années de conneries, je m'approche des vingt-trois. À l'origine, je viens d'écosse et je vis à Stonehaven. La ville m'a tendu les bras depuis quelques mois. Je connais la Quintessence.

    À Stonehaven, j’enchaîne les petits boulots, actuellement je suis barman. Je vis dans un modeste petit appart'.


    Composition :

    Terre

    3%

    Eau

    4%

    Air

    3%

    Feu

     90%


    Groupe souhaité :ELEMENTAL SIN


    time is the fire in which we burn


    Cet air peu commode affiché sur son visage en dit long sur lui. C’est comme si une certaine aura encombrante l’entourait, brillait tout autour de lui, criant à quiconque de ne pas s’approcher de plus près. Ce type, à vue d’œil, il a l’air dangereux, agressif, pas sympathique. C’est le genre de mec qu’on préférerait éviter. Une veste en cuir, un jean noir troué, des bottines tout aussi sombre et cette clope qu’il a au bec. Cette apparence a tout du cliché du parfait connard. Et malgré ses sourcils froncés et ce visage inexpressif, on peut y décerner une certaine solitude dans son regard bleu de glace. Son regard, c’est sûrement la première chose que l’on remarque chez lui. Ses orbes bleus s’illuminent d’une étrange façon, elles laissent supposer qu’il y a toujours un semblant de vie dans ce corps prêt à finir en cendre. Il suffit de lui parler pour les voir s’illuminer tel un ciel d’été. Il suffit de l’abandonner pour les voir s’assombrir, devenant peu à peu un triste océan en pleine tempête.

    Il reste seul, à l’écart, laissant son dur regard se poser là où bon lui semble. Il soupire souvent, comme s’il était blasé, ennuyé, lassé. Sa main tente de remettre en place ces mèches rebelles qui viennent s’échouer devant ses yeux. Une tignasse aujourd’hui  noire, aussi sombre qu’un corbeau. Autrefois, d’un roux plutôt vif dont les couleurs se sont maintenant perdues. Des mèches blanches sont visibles au dessus de son front. Une nouvelle mode ? Un geste de rébellion ? Nul ne le sait, même lui ne le sait. Il ne comprend pas pourquoi, mais son corps subit des transformations. Des tâches de rousseurs apparaissent parfois sur son visage, avant de disparaître comme si de rien n’était.

    Une silhouette grande et bien bâtie, des muscles là où il faut, mais jamais trop. Ce corps colle parfaitement à ses allures de mauvais garçon. Il sait se battre, cela ne fait aucun doute. Il vaut mieux ne pas lui chercher des ennuies, à moins d’être con. Il s’avance avec assurance. Une attitude de je-m’en-foutiste, on ne sait pas vraiment ce qu’il veut. Il a tout d’une âme sans but. D’un délinquant. Et malgré ces quelques sourires qui viennent parfois étirer ses lèvres – des sourires en coin et moqueurs pour la plupart – le mystère sur ce qu’il est vraiment demeure.


    ever been buried alive ?


    Les mains dans les poches, la capuche sur la tête, il a tout du cauchemar des petites vieilles. En accord avec cette image de délinquant, Aidan fait tout pour se donner des airs de mauvais garçon. Il vient d’un milieu difficile, alors c’est plutôt facile. Il laisse ressortir tous ses défauts et s’en créer de nouveaux. Impatient, pas souriant, un peu trop franc. Il ne mâche pas ses mots, quitte à vexer ou même blesser. Le fait-il exprès pour se rendre un peu plus détestable ? Ne fait-il pas réellement cela parce qu’il est bien trop honnête pour mentir à qui que ce soit ? Loin d’être hypocrite, il préfère de loin jouer le rôle du méchant plutôt que de rassurer faussement quelqu’un. Il rajoute aussi à cela un petit côté autoritaire, il n’aime suivre les ordres de personnes, par contre il ne se gêne pas pour en donner. La plupart du temps, ça se résume à un casse-toi, s’il n’est pas trop de mauvaise humeur. Certains le trouvent charismatique, d’autres diabolique. Il est tout simplement inapprochable, inaccessible. Un loup solitaire qu’a déjà vécu bien trop d’emmerdes pour se mêler à la population. Incapable de nouer le moindre lien sans craindre de tout foutre en l’air.

    Pourtant, il est bien loin d’être asociale, au contraire, il est doté d’un altruisme non assumé qui le pousse à agir, à venir en aide aux autres sans rien demander en retour. Quelle ironie pour un délinquant pyromane. Impulsif, il s’énerve bien vite. Possédant en plus une grande gueule, il cherche toujours la bagarre. Il se fout de savoir dans quel état il va finir, il a juste besoin de se défouler. Et allez savoir pourquoi, mais ce genre de contacts physiques ne l’effraie pas. Quand il se bat, il n’a pas peur de brûler quelqu’un. C’est comme s’il avait le contrôle total de son corps. Et jusque là, il n’a jamais foutu le feu à un ivrogne. Cette impulsivité lui cause pas mal de soucis, à savoir la conservation d’un poste. Il enchaîne les boulots pour la simple raison qu’il n’arrive jamais à conserver un job. Sans parler de tous ces petits accidents qui ne l’aident pas beaucoup. Flamber un téléphone, renverser des assiettes, casser le nez de son patron. Que de mésaventures.

    Son métier de tatoueur lui manque, il a besoin d'exprimer cette fibre artistique qu’il a depuis tout petit, mais il ne peut risquer de faire du mal à un malheureux client. Il évite au maximum les contacts physiques, gardant souvent les mains dans les poches ou à l’abri dans ses gants de motard. Un triste gâchis. Il dessine toujours, mais c’est différent maintenant. Une certaine sensibilité est visible dans ses œuvres, à défaut de la laisser transparaître dans son attitude. C’est lorsqu’il dessine qu’il est bien plus calme, réfléchi, minutieux, et concentré. À la fois digne de confiance et à l’écoute, il préfère parler peu pour toujours mieux écouter. Et même s’il n’en donne pas l’air, il est très attentif et empathique. Le jeune homme peut même se révéler être de bon conseil. Mais ça, c’est lorsqu’il s’en donne la peine. Parce que lui, il préfère jouer les idiots. Il préfère se faire passer pour ce qu’il n’est pas. Il lance des piques, d’un ton toujours moqueur. Sarcastique et cynique, on aurait bien envie qu’il se taise parfois. C’est qu’il est joueur, le délinquant. Bien que rancunier, au point de se venger pour le moindre coup bas.

    Confiant de sa belle gueule, il charme, il flirte mais ne va jamais bien loin. C’est plus un passe-temps qu’autre chose, sachant pertinemment que les mauvais garçons ça plait à la fois aux filles qui en sont folles et aux mecs qui les admirent. Une simple comédie pour lui qui, bien qu’il refuse de l’admettre, a toujours été du genre romantique.

    Malgré lui, il finit par s’accrocher, laissant ainsi voir une facette protectrice. C’est assez rare, mais dans ces moments-là, il peut se montrer bien plus sympathique. Et bien que cela soit naïf, lorsqu’il accorde sa confiance, il le fait aveuglément. Espérant de son vis-à-vis une loyauté semblable à la sienne. Car Aidan a beau être un vrai con, il n’en reste pas moins fidèle et bienveillant malgré son tempérament.


    the story never ends



    Une famille religieuse et pratiquante, le genre qu’on qualifiait de parfaite et qu’on enviait même parfois. Tirer à quatre épingles, ils se tiennent toujours bien. Des gens bien qu’on disait. On cherchait jamais plus loin.

    Et pourtant, il y avait tellement plus.

    Maman criait tout le temps. Papa picolait de temps en temps.

    C’était le bordel en permanence.

    Une énième bouteille qui se vidait, des fracas de verres, des cris, une nouvelle dispute. Une soirée plutôt mouvementée où ni l’un, ni l’autre, ne laissera le dernier mot à son vis-à-vis. Comme dans toutes les familles, il y avait des hauts et bas. Des moments de tendresse et d’autres emplis de maladresse. Et même si l’amour était tout de même présent, les disputes dont était témoin l’enfant, pouvaient être plutôt violentes. C’est dans ce cadre qu’il grandit ; un foyer qui balançait constamment du ying au yang, sans jamais arriver à atteindre un juste milieu. Ils étaient tout simplement instables. Leur situation pouvait se résumer par un tout va bien, ou tout va mal.

    L’un trop alcoolique, l’autre trop impulsive. Le lâche et la maniaque. L’océan et la tempête. Ils étaient faits l’un pour l’autre, cela ne faisait aucun doute. Mais leur relation était bien trop toxique pour revenir sur des bases plus saines.

    Les années passèrent, les engueulades s’accumulèrent. Ils se bagarraient, ils s’enlaçaient.

    D’abord un enfant, puis un deuxième, des jumeaux et enfin, un garçon. Comment pouvaient-ils faire des gosses s’ils n’étaient pas capables de se gérer eux-mêmes ? Malgré tout, ils trouvaient toujours le temps d’aller à la messe, un peu comme si c’était la chose à faire pour effacer toutes leurs conneries.

    Tantôt bercés par des cris, tantôt par des histoires d’anges et d’enfer, le petit dernier trouvait pas vraiment sa place au milieu de ses sœurs et frères. Il se posait pas vraiment de questions. Pour lui, tout ce qui comptait c’était d’avoir un crayon. Incompris par son entourage, pas intéressé par cette société, il préférait vivre dans son propre monde. Son univers était empli de croquis et de rêves inavoués. Il avait beau n’être qu’un gosse, il avait trouvé sa voie.

    C’était tellement plus simple quand il se posait pas de questions. Il s’en foutait de savoir que papa rentrait tard le soir. Il voulait pas connaître les histoires louches dans lesquelles traînait maman. Mais plus le temps passait et plus il se retrouvait seul. D’abord ce fut la grande sœur, puis le frère et maintenant même les jumeaux. Ils finissent tous par partir. Contrairement à lui, ils comptaient pas moisir ici. À peine l’enfance terminée, qu’ils quittent la maison. Il ne restait plus que lui. Il ne pouvait ignorer d’avantage cette famille de dégénérés.

    L’adolescence, ce fut le commencement de tout. Les premières conneries, les mauvaises fréquentations et l’excitation de risquer la prison. Et parfois même la vie. Il en a fait des mauvais coups, le gamin. Mais comment pouvait-on lui en vouloir ? Il cherchait juste à se défouler, loin des bouteilles de papa, loin des joints de maman. Au début, c’était juste quelques bagarres, des vols à la tire, des tags un peu partout. Puis, ils virent plus grand, ils volaient dans les magasins, faisaient les poches des petits vieux, s’éclataient à courser les flics. Ça duré longtemps. C’est comme si, toute sa vie il voulait rester un adolescent.

    Mais très vite, ils commençaient à perdre la raison. Ils suivaient tous aveuglément le chef de la bande qui, durant son enfance, avait sûrement dû être bercé un peu trop près du mur. Mais tous voyaient en lui un génie incompris. Ils détestaient tous cette société hypocrite. Ils venaient des bas quartiers, alors ils étaient toujours laissés de côté. Il était enfin temps de régler cela. La solution fut bien simple ; le feu. Au début, ils enflammaient juste des poubelles, histoire de faire un peu peur. Puis, ce fut des bâtiments de riches et tout ce qui représentaient l’autorité. Peu à peu, le groupe diminua. Faut dire, certains avaient peur. Ils voulaient être des voyous et non pas des hors-la-loi. Kenzo, lui, il se dégonflait pas. Il restait fidèle au chef. Et il devait bien avouer que, le feu, ça lui plaisait grandement. Il adorait voir ses petites étincelles se transformer en flammes. C’est à cet âge qu’il se découvrit ses tendances de pyromanes.

    En fin de compte, comme la plupart de ses camarades, il mit un terme à ces conneries. La raison ? Digne des plus grands clichés qu’il soit ; l’amour. Il l’avait rencontré elle, un peu par hasard. Une jeune mannequin qu’il trouvait si belle, si douce, son cœur s’agitait rien qu’en pensant à elle. Contrairement à la plupart de son entourage, elle le voyait pas comme un mauvais garçon. Elle faisait remonter tout ce qu’il y avait de plus bon en lui. Des qualités qu’il pensait perdues et enfouies tout au fond de lui. Grâce à elle, il s’était remis à l’art. Il adorait la dessiner. Elle lui avait même permis de se trouver une vocation. Et surtout, il retrouvait espoir et il avait pris une importante décision. Contrairement à ses frères et sœurs, il ne laissera pas tomber ses parents, il fera en sorte qu’ils remontent tous la pente. Alors, il s’occupa de sa mère qui lentement, commençait à perdre la tête. C’était idiot et naïf de penser ainsi, mais elle avait ce quelque chose qui le rendait rêveur. Il avait l’impression d’être de nouveau un gosse plein d’espoir et de souhaits.

    Mais très vite, tout se gâcha.

    Ses mains parcouraient son corps, appréciant la douceur de sa si délicate peau rosée. Il l’embrassait avec tendresse et douceur, elle l’enlaçait pour profiter de sa chaleur. C’était doux et magique. Un moment unique. Un moment vite interrompu par un cri ayant l’effet d’un réveil. Il ne comprenait pas ce qui se passait, pourquoi criait-elle d’agonie ? Se reculant, il remarqua que des traces de brûlures étaient visibles à sa taille, là où ses mains s’étaient posées. Comment était-ce arrivé ? Il n’en savait rien… Il comprenait rien. Désormais, elle le détestait. Elle qui menait sa vie grâce à son physique, elle qui prenait soin de corps, elle était maintenant marquée à vie.

    Il s’en voulait mais ne pouvait rien y faire.

    Il ne pouvait retourner en arrière.

    Alors, il préféra l’oublier elle et ce sentiment qu’elle lui faisait éprouver. Il avait maintenant peur d’aimer. Allant de l’avant, il se prit en main mais n’oubliait pas certaines mauvaises habitudes ; le tabac. C’était la seule chose qui lui permettait à la fois de repenser à elle et en même temps, de se convaincre qu’il ne vivrait plus jamais cela.

    Malgré tout, il décida tout de même d’honorer la promesse qu’il avait faite à son premier amour ; se trouver un boulot qui lui plait. Il persista alors jusqu’à se trouver une place dans un salon de tatouage, au début comme apprenti, puis peu à peu, il réussit à se faire une place. Il se découvrit une nouvelle facette de sa personnalité qui avait toujours été ignorée jusque là ; il était travailleur et surtout, perfectionniste.

    Mais s’il y a bien une chose que lui a appris sa famille, c’est qu’il n’y avait jamais de juste milieu.

    Alors que lui s’épanouissait grâce à son boulot, il se montrait de moins en moins présent chez lui. Ce soir-là, il était rentré tard. Il était arrivé juste avant qu’elle ne parte, mais il était déjà bien trop tard pour la retenir. Il l’entendait crier, elle le suppliait de ne pas la laisser partir. Lui aussi ne voulait pas la laisser partir. Mais la décision était déjà prise. Le père comptait la faire interner depuis un moment, elle n’avait plus toute sa tête qu’il disait. Et toutes ses drogues qui l’avaient accompagné durant tant d’années ont fini par avoir raison de sa santé mentale. « Elle sera bien mieux là bas, il lui arrivera aucun mal. » C’était les mots du vieux pour lui faire comprendre que, même si le garçon était là, à le fixer avec haine, il ne pourrait revenir sur son choix. Une fois de plus, le vieil homme avait choisi la lâcheté, la facilité.

    N’ayant plus rien qui le retenait chez lui et n’éprouvant pratiquement pas le moindre amour envers son père, il passait la plupart de son temps au salon. Reflétant sa personnalité, ses dessins devinrent bien plus sombres, nombreux étaient ceux qui faisaient la queue pour être tatoués par ses soins.

    Malheureusement, il a fallu qu’il tombe sur ce type. Un jeune homme pas très confiant, il stressait pour son premier tatouage. Éprouvant de la compassion, le tatoueur tenta de le rassurer avant de commencer son œuvre. Il avait l’habitude d’en tatouer, des trouillards et des stressés, alors il se fit pas trop de soucis.

    Quelle erreur.

    Tandis qu’il tenait fermement le dermographe entre ses doigts, sa main libre resta posée sur cette peau sensible qui lentement, se recouvrit d’encre. Il ne remarqua rien jusqu’à ce que le client ne commence à se plaindre. Il avait trop mal, qu’il disait. Ça lui brûlait la peau, qu’il s’exclamait. Le tatoueur releva son outil et c’est avec choc qu’il vit ce feu se rependre sur l’encre, suivant ce chemin qu’il avait lui-même tracé. Immédiatement, il ramassa quelque chose se trouvant là afin de l’aider à éteindre ces flammes dans leur course folle.

    Un incident de trop, qu’il se dit. Il y avait bel et bien un problème avec lui. C’est sans surprise qu’il fut viré. Il désespérait, il se laissait étouffé par la fumée de sa clope, comme si l’état de con était déjà pas assez alarmant. Il s’était bêtement résigné. Il n’y a rien qu’il ne puisse faire. Désormais, il avait même peur du moindre contact physique. Il craignait qu’un nouvel accident ne surgisse sans qu’il ne comprenne la raison. Il tenta d’en parler à son père, mais celui-ci le prit pour un fou. Encore un peu et lui aussi, il finira enfermé. Ou pire, exorcisé.

    Renfermé, solitaire, pas sympa, il avait l’impression d’avoir perdu toute la flamme qui brûlait en lui. Il ne restait plus que fumée et cendres.

    Désespéré de cette vie, il chercha un ultime réconfort. Il ne pouvait plus voir sa mère, alors il se tourna vers celle qui avait toujours été présente pour lui lorsqu’il n’était qu’un enfant ; sa sœur. Elle le rassura bien sûr, mais ce qui l’étonnait le plus, c’est qu’elle n’avait pas l’air surprise. Elle lui expliqua alors pourquoi elle, ainsi que le reste de la fratrie avaient emménagé dans cette petite ville qui, jamais, ne l’avait intrigué. « Ne le laisse pas t’interner pour ce que tu es vraiment. Pour ce que nous sommes vraiment. » Il n’avait su quoi répondre, laissant simplement un silence s’échouer à l’autre bout de la ligne tandis qu’il pouvait imaginer le sourire rassurant de la jeune femme.

    C’est ainsi qu’il décida lui aussi de partir. Il avait besoin d’aide.

    Afin de minimiser les dégâts jusqu’à ce qu’il trouve une solution, il a, à son tour, débarqué à Stonehaven. Et même si au début, il était plein d’espoir, maintenant il est plutôt en quête d’une fin paisible. Il a l’impression de mourir à petit feu. Tel le karma, ce feu le consume ironiquement de jour en jour. Il panique en voyant sa peau prendre une teinte si vive et bronzée le matin, pour ensuite devenir aussi terne qu’un corps sans vie le soir. Alors, en attendant, il tente de mener une vie calme et paisible. Et par là, j’entends ; enchaîner les bagarres dans les bars, chercher la merde – faut bien s'amuser un minimum – et surtout, effrayer quiconque oserait s’approcher de lui.

    Ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
    Ou dans son cas, se consumer.

    I’m afraid of the water
    I’m afraid of the sky
    I’m tired of waiting
    ☽ ‎☽ ‎☽


    hors rp


    Ça manquait un peu de feu et de testostérone par ici, alors me voilà ! Derrière l'écran c'est dv. et c'est mon tout premier compte sur Elemental Skin. J'ai trouvé le forum en en allant de partenariat en partenariat. Je suis déjà conquise ! pour être honnête, je stalkais un peu le fo depuis son ouverture et je me suis enfin décidée <3 j'ai été charmée par ce design de fou complètement doux et ce contexte super recherché ** (j'avoue que j'ai eu peur en voyant tous les textes, puis quand j'ai commencé à lire, c'était juste waaouw, j'aime autant les idées et le style d'écriture ** et en lisant les textes sur les éléments/affinités, ça m'a fait penser à l'astrologie et ça, j'adhère complètement) bravo, bravoo pour tout ce travail ! (par contre je sais pas si c'est voulu ou si ça vient de chez moi, mais le fo n'est pas centré sur mon écran TT) Mais sinon, j'aime bien les choses de nerd ahah. (je citerai pas de noms de fo, je suis plutôt sur des fo réel/asiat) ça fait hyper mega longtemps que j'ai pas été sur un fo type illustration svp soyez compréhensible même si je suis un peu boulet ;ooo; (ps; pardon pour tout ce blabla) (ps 2; les emot deviennent géant dans cette partie là 'o') (ps 3; c'est pas très rempli pour le moment, mais je suis en pleine réflexion et il vaut mieux que j'aille refaire un petit tour dans les annexes pour éviter de faire une boulette) (playstation4 ps4; je sais bien que ce petit bougre n'a pas l'air commode, mais je vous assure qu'il est pas méchant, aimez-le un petit peu ;o; etouij'aiunhumourdemerde)




    that's sound illegal

    i'm in
    delivered (c) p!a
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mar 13 Mar 2018, 23:46
    Appelée par le Feu
    Appelée par le Feu
    Messages : 42
    Particules : 126

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Zero Two ▬ Darling in the FranXX
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Etudiante en langues
    Tour d'abord je me dois de dire, je connaissais pas, mais j'aime beaucoup la petite musique ~

    SINON, JE SUIS MÊME PAS ENCORE VALIDÉE MAIS BIENVENUE on fera une petite team humour de merde tu verras ~


    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mar 13 Mar 2018, 23:53
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Messages : 370
    Particules : 133

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Qinni
    Energie:
    85/100  (85/100)
    Emploi: Bénévole à la ferme Dunnottar
    J'te croque avant ou après avoir validé Mysth, comment ça se paaaaasse.. ?

    Vas dormir, espèce de quiche.

    Bref, la bienvenuuue


    .

    .

    .


    NON SÉRIEUX TROP BEL AVATAR JE MEURS DÉSOLÉE JE SUIS FATIGUÉE.



    Pierre, ma Terre, ma terre, ma guerre .
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mer 14 Mar 2018, 00:01
    Appelée par la Terre
    Appelée par la Terre
    Messages : 29
    Particules : 57

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Aeolian (Ghostblade) - WLOP
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Artiste
    Bah allez tant qu'on y est j'ai même pas encore mis d'avatar mais bienvenue ! C'est un début de fiche prometteur j'attends la suite je viens camper ici
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mer 14 Mar 2018, 00:05
    Elemental Sin ▬ Terre
    Elemental Sin ▬ Terre
    Messages : 114
    Particules : 49

    Fiche personnage
    Crédit avatar: TheMinttu
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Garde forestier
    UN MEC JE SUIS PU TOUT SEUL. *die*

    Bon sinon euh bienvenue, t'es bg, t'as l'air trop cool, ton perso aussi, et pour ce qui est des annexes, on est tous passé par un moment de paumage intersidéral, c'est normal (même encore mtn hein tkt j'fais trop la meuf qui gère mais en vrai non) mais hésite pas à passer sur la cb pour discuter de ton perso !

    (ah et c'est normal que le forum soit pas centré tkt c'est fé eksspré)


    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mer 14 Mar 2018, 07:40
    Invité 
    Invité
    Bienvenue ! :3

    Si jamais question il y a, n'hésites pas à faire appel à Lune ou moi-même (même si je suis pas d'une grande utilité :3)
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mer 14 Mar 2018, 08:28
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Messages : 370
    Particules : 133

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Qinni
    Energie:
    85/100  (85/100)
    Emploi: Bénévole à la ferme Dunnottar
    Ouais j'ai oublié de dire je suis dispo pour les questions

    Et oui, le forum est esspré sur le côté, je le referais plus promis



    Pierre, ma Terre, ma terre, ma guerre .
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Mer 14 Mar 2018, 11:27
    Elemental Sin ▬ Feu
    Elemental Sin ▬ Feu
    Messages : 50
    Particules : 97

    Fiche personnage
    Crédit avatar: jason todd (dc). cr art; toixx
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Barman
    woow quel accueil, merci à vous ! vous êtes trop chouu, j'en suis émue

    @mysth tant mieux si elle te plait ! ** j'adore écouter des musiques pas connues et même si l'histoire n'est pas encore rédigée, je trouvais qu'elle collait plutôt bien à ce petit bougre :d (goosh OUI faisons une team ! puis entre fire on va bien s'entendre ahah)

    @lune tu peux me croquer quand tu veux, cutie
    gvudrhjd je suis contente que le vava te plaise, j'ai longuement hésité parce qu'il est pas connu, puis je me suis dit, nan allez, soyons fous uwu

    @opale oh bah entre temps, tu as mis un vava - un très très joli vava même - j'espère que le reste te plaira aussi alors ! ** pis t'inquiètes, tu peux camper, je ramène la tente toussaa~

    @pierre bro j'ai entendu tes prières, je suis là pour te soutenir dans cette solitude *nod* quoiqueonestpasàplaindrehehe merciiii pour tes réponses, tu me rassures ! et avec plaisir hehe~

    @nyppon thaanks ! j'hésiterai pas

    @lune² oooh mais non y a pas de soucis pour le fo sur le côté ! c'est juste que je n'ai pas l'habitude et j'ai un pc qui boude pour un rien, alors j'ai cru qu'il m'avait encore fait un caprice uwu mais vraiment, y a rien de dérangeant, faut juste s'habituer :d (puis ça me donne pas l'impression d'être sur un forum fa, et j'aime ça ~)

    encore merci les cutiiies, je me dépêche de finir ma fiche !




    that's sound illegal

    i'm in
    delivered (c) p!a
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Ven 16 Mar 2018, 17:22
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Perfect Skin ▬ Sans ascendant
    Messages : 370
    Particules : 133

    Fiche personnage
    Crédit avatar: Qinni
    Energie:
    85/100  (85/100)
    Emploi: Bénévole à la ferme Dunnottar
    Je passe juste en catimini parce que j'ai lu ton début de fiche et je dois dire que ce passage là est vraiment parfait :

    "Une tignasse aujourd’hui  noire, aussi sombre qu’un corbeau. Autrefois, d’un roux plutôt vif dont les couleurs se sont maintenant perdues. Des mèches blanches sont visibles au dessus de son front. Une nouvelle mode ? Un geste de rébellion ? Nul ne le sait, même lui ne le sait. Il ne comprend pas pourquoi, mais son corps subit des transformations. Des tâches de rousseurs apparaissent parfois sur son visage, avant de disparaître comme si de rien n’était."

    Genre on sent vraiment que c'est un Sin, les modifications transitoires c'est une super bonne idée, j'adore vraiment ! Hâte de lire la suite du coup :3



    Pierre, ma Terre, ma terre, ma guerre .
    avatar
    Re: (aidan) oceans never listen to us anyway. > le Ven 16 Mar 2018, 19:05
    Elemental Sin ▬ Feu
    Elemental Sin ▬ Feu
    Messages : 50
    Particules : 97

    Fiche personnage
    Crédit avatar: jason todd (dc). cr art; toixx
    Energie:
    100/100  (100/100)
    Emploi: Barman
    ravie que cette anecdote te plaise ! j'ai pas pu y résister, l'annexe des sins m'inspirait tellement
    sinon, je pense avoir terminé ma fiche  en espérant que tout soit bien en ordre




    that's sound illegal

    i'm in
    delivered (c) p!a
    Contenu sponsorisé